Langue de vipère

Publié le par Nathalie & Betty B.


Secret de l'automne 2008.

Une jeune femme nous a écrit. Elle vient d'accoucher, il y a un mois à peine. Elle aussi avait refusé "la petite incision préventive", et ne comptait pas a priori sur la péridurale. Pas de chance, le "pré-travail" est laborieux. Elle arrive à la maternité en début d'après-midi, avec des contractions bien réelles mais irrégulières. Ils la gardent pourtant, et ça dure le reste de la journée et toute la nuit. Vraiment pas de chance, les contractions sont dans les reins, la vacherie. Elle passe une nuit affreuse. Le lendemain matin ils la transfèrent en salle de travail, font une perfusion de syntocinon puis percent la poche des eaux. Bien entendu elle est allongée sur le dos, avec le monito, douleurs dans les reins ou pas. Elle voit le médecin prendre une sorte d'aiguille longue de 15 à 20 cm. Il met la main pour forcer le col. Elle a très mal, le lui dit. Mais bien sûr il continue, s'y reprend pour insérer l'aiguille. Elle se met à crier car elle a vraiment très mal. La sage-femme vole à son secours en lui disant :

"Vous êtes en train d’accoucher, là, pas au salon de coiffure ! "

Le médecin et la sage-femme s'en vont. Choquée par la douleur elle éclate en sanglots dans les bras de son compagnon. Les contractions deviennent plus douloureuses, lui coupant la respiration et transformant ses sanglots en hoquets. La sage-femme revient :

"Ben oui mais vous vous attendiez à quoi ? C’est douloureux un accouchement."

La sage-femme repart. Elle passe de temps en temps pour examiner le col, et chaque fois elle ne la regarde pas et lui fait mal. L'intensité des contractions augmente de plus en plus. La douleur est si forte que la jeune femme perd son souffle et commence à paniquer. Elle demande la péridurale. A nouveau la sage-femme fait preuve d'une empathie stupéfiante :

"Alors, on veut la péri hein ? Ben si on avait fait des cours de prépa à l’accouchement hein… Vous sauriez comment ça se passe un accouchement… et au moins la respiration."

La jeune femme n'est plus en état de parler pour lui répondre. Pour poser la péridurale il faut la transférer dans une autre pièce. Le chariot est très dur et les contractions lui font si mal aux reins qu'elle hurle dans le couloir. La sage-femme dit alors à l'aide-soignante :

"Et ça veut faire un accouchement nature, pff. Maintenant elle sait ce que c’est qu’une contraction."

Elle trouve heureusement un peu de soutien avec l'anesthésiste qui l'aide réellement. Cela fait presque 24 heures qu'elle est abandonnée à ses douleurs dans les reins. Puis la sage-femme revient :

"Mais pourquoi ne pas vouloir la péridurale ?! Qui vous a dit que ça ne faisait pas mal ? Si ya la péri c’est pas pour rien."

La péridurale fait effet. Elle s'endort du coup, elle récupère un peu de 24 heures scotchée sur le dos, à jeûn par dessus le marché. Finalement elle est née cette petite fille :

"Je m’installe, prends N. dans mes bras, puis la fait téter quelques minutes. Je la regarde. Elle est magnifique. Je pleure encore. M. (son compagnon) a les yeux qui brillent. On est seul tout les trois heureux comme personne…"

Sauf qu'elle l'a quand même eu la "petite incision préventive". Sauf qu'ensuite elle a eu des crevasses aux seins, et qu'on ne l'a pas aidée à les soigner. Sauf que 10 jours après elle a fait une embolie pulmonaire, et qu'elle ne sait pas pourquoi. Sauf que un mois après, elle écrit au BooB, toujours révoltée.

Quant à la sage-femme… Une bonne petite péri anti-méchanceté peut-être ?





Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Biche 16/11/2008 11:44

C'est la maternité d'où ?????? Qu'on sache où ne PAS aller accoucher...