Informer les femmes enceintes : vu par un gynobs

Publié le par Chantal & Betty B.


Pêché dans "Sociologie de l'accouchement", Béatrice Jacques, ed. Puf. Extrait d'un entretien avec un gynobs de maternité niveau II :

"Moi, je dis aux femmes, ça sert à rien de lutter. On sait que les douleurs de l'accouchement sont intenses. C'est totalement archaïque de souffrir à l'heure actuelle. D'ailleurs, celles qui ne veulent pas de péridurale, c'est un problème d'éducation ... Elles sont un peu arriérées."

"Pourquoi les faire attendre alors que toutes les conditions sont réunies. On est presque en fin de grossesse, la femme a un col souple. On sait aujourd'hui comment faire, c'est mieux pour la femme et puis c'est plus facile pour les sages-femmes de s'organiser."

Voilà. Ça, c'est de l'information ob-jec-ti-ve.

Vous avez bien retenu, femmes ? On ne vous impose rien, bien sûr que non, quelle idée. Mais si vous ne prenez pas la péridurale d'office, c'est que vous êtes une gourde inculte. Déjà mauvaise mère avant même la naissance, ça la fiche mal. Et si vous refusez ce déclenchement de confort — qui sera classé "sur demande" dans le dossier — c'est que vous êtes une obtue du ciboulot. On a vous a bien informée. Ça marche à tous les coups, c'est beaucoup mieux pour vous, croyez-nous, et ça ne fait pas plus mal puisque de toute façon vous serez allongée avec la péridurale que vous avez demandée. En plus vous devez penser à ces pauvres sages-femmes et aux médecins. Si vous refusez c'est très égoïste de votre part. Pauvre gosse... À la fin on vous fait un forceps à l'œil. Comme ça vous n'avez même pas besoin de pousser. Et, cerise sur le gâteau, le psy du service est là pour vous faire la naissance psychique en prime. C'est pas beau le progrès ?

C'est curieux, la journaliste Catherine Sandner n'a pas du tout le même point de vue ...
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Betty Boob 09/11/2008 15:12

Plaf sur les nageoires ;-) L'erreur de nom sans nom est réparée ! Quant à interdire l'obstétrique aux hommes .... hélas je crains que ce ne soit trop tard. Parmi les femmes qui exercent certaines se sont si "masculinisées" qu'elles sont parfois pires :-( D'ailleurs certaines sages-femmes ne rendent pas non plus honneur à la gente féminine. Il aurait fallu que les femmes aient accès aux études de médecine dès le début, il y a plusieurs siècles, difficile de refaire l'histoire. Mais il y a de plus en plus de femmes en gynécologie et en obstétrique, et clairement la majorité des femmes préfèrent une interlocutrice pour ces questions (mais pas toutes, comme toujours, certaines préfèrent un interlocuteur).Betty Boob

Juliette 07/11/2008 16:38

A se demander si on ne devrait pas interdire la gynobs (héhé c'est que je me fais au jargon) aux hommes ? Mais de grâce, rendez-moi mon vrai nom, Catherine SANDNER, je n'ai rien, mais alors rien à voir avec Cindy Sanders !!!

dd45 25/10/2008 21:44

Qui c'est cet abruti?... Pour qui se prend il pour nous traiter d'arriérée?... a-t-il déjà accouché pour pouvoir parler de la douleur des contractions? Quant au déclenchement sait-il cet "inculte" ce que cela pourra créer chez l'enfant plus tard s'il ne nait pas à son heure?Ah mais c'est vrai, je suis arriérée...je ne peux pas le savoir!!! :-)Heureusement qu'il y a des Hommes comme lui pour dire aux pauvres Femmes nulles comme nous ce qu'il y a de mieux pour nous et notre bébé sinon on frolerait la maltraitance!Mais ne vous en faites pas "gentes dames", dans un avenir proche des illuminés dans son genre penseront que les femmes qui sont enceintes sont aussi de pauvres arriérées, car on aura inventé l'utérus artificiel!Ainsi mesdames vous ne souffrirez plus, ni des vilains maux de la grossesse, ni de cette atroce souffrance qu'est l'accouchement puisque votre bébé sera cloné dès sa création dans un labo et y restera jusqu'à ce qu'on l'en libère!Heureusement qu'il a des hommes comme çà pour libérer des pauvres femmes sans cervelle que nous sommes, de nos malheurs!!!Des Héros je vous dis!