Et surtout reposez-vous !

Publié le par Betty Boob


Pêché sur le site du collectif des sages-femmes de demain, dont le but essentiel est de refuser de prescrire les IVG médicamenteuses. On peut y trouver un témoignage édifiant sur un tout autre sujet :

" Mes grossesses sont difficiles puisque je suis allongée 9 mois. Le médecin gynécologue ne m'a jamais proposée de suivi à la maison. Il me demandait le repos absolu et m'imposait de faire 30 kms pour le suivi, ce qui entrainait à chaque fois des séries de contractions vraiment pénibles et inquiétantes. Mais comme le médecin imposait, nous 'disposions'. C'est justement une sage-femme ayant mis au monde l'un de nos enfants, très étonnée de ces déplacements 'obligatoires' qui m'a conseillée de me faire suivre à domicile par une des ses collègue libérale. "

Un grand classique du suivi des femmes enceintes à la française.En cas de grossesse pathologique les médecins prescrivent des arrêts de travail, le repos, parfois absolu ou presque, surtout pas de transport (voiture, train, métro, avion), mais tout le monde trouve normal que la femme enceinte fasse des dizaines de kilomètres ou une heure de trajet hebdomadaire pour le suivi à l'hôpital. Ces mêmes personnes ne se demandent pas si elle risque de perdre son job en arrêtant si tôt, ni si elle doit faire les courses à pied, si elle a d'autres enfants à charge, le ménage à faire, ou habite au quatrième sans ascenseur.... Le repos absolu est un luxe que peu de gens peuvent se permettre.  Pourtant le plus souvent la plupart des examens de suivi pourrait être fait à domicile (sauf écho), y compris le monitoring. A quand un suivi cohérent des femmes ayant une grossesse difficile ? Quand se décideront-ils à proposer une aide à domicile, et à faire le plus gros des visites à domicile ?

Commenter cet article

Mathilde Pommier 25/10/2009 09:20


Autrefois, du temps de ma mère, avant la dernière guerre, y compris pour un accouchement difficile. Depuis, non. Sauf quand ils sont appelés par ... la police, et uniquement par elle.
Pour un internement psychiatrique non volontaire.


Anne-Marie 25/10/2009 08:59


Heu les généralistes se déplacent et ce sont bien les seuls, vous avez déjà vu un spécialiste se déplacer vous? Jamais....


Mathilde Pommier 11/08/2009 14:36

  On retrouve le même problème pour un enfant bronchiteux, avec plus quarante de fièvre et une température extérieure largement inférieure à zéro. Ou, une autre fois, affligé de vomissements et diarrhées incoercibles. Y compris quand le quartier est absolument sans risques. Et pourtant, les médecins de ville sont censés se déplacer dans les cas où il est dangereux ou impossible de faire sortir le malade.   Alors j'ai appelé SOS médecins. Et plus jamais ce "médecin".   Y aurait-il un problème de déontologie médicale, en France ?