La preuve par le bassin

Publié le par Betty Boob


Secret de 2008.

Lors d'un rendez-vous en maternité pour la constitution d'un dossier :

- Gynobs : "Vous allez accoucher à domicile ?"
- Elle : "Oui"
- Gynobs : "Pour une primipare, c'est vraiment prendre des risques pour rien. Encore, pour un deuxième ou un troisième accouchement  - [avec une moue dégoûtée qui devait vouloir dire : "si vous êtes tarée et que vous y tenez vraiment, ben ma foi..."] - ... Mais sur une primipare, le bassin n'a pas encore fait ses preuves".

Toujours obnubilés par la catastrophe ces gynobs. Parmi les femmes de pays occidentaux ayant accouché à domicile, dont la grossesse était à bas risque, et suivies par une sage-femme, le taux de transfert à l'hôpital pendant l'accouchement pour cause de bébé coincé dans le bassin est... quasi nul ! C'est que le bassin de femmes en bonne santé, nourries au grain depuis leur plus tendre enfance, n'a le plus souvent aucune déformation. Sans oublier qu'il n'est pas statique, les hormones de fin de grossesse veillent à l'assouplir. Ce qui n'a pas fait ses preuves par contre, c'est bien la fameuse pelvimétrie, radio qui servirait à mesurer si le bébé peut ou non passer le détroit inférieur. Pour en savoir plus, lire.

Commenter cet article

Frderique 28/06/2012 22:07


Parmi les femmes de pays occidentaux ayant accouché à domicile, dont la grossesse était à bas risque, et suivies par une sage-femme, le taux de transfert
à l'hôpital pendant l'accouchement pour cause de bébé coincé dans le bassin est... quasi nul


 


Bonjour


 


Soyons prudents avec les déclarations de ce type. Aucune étude n'a été réalisée en France sur le type de problème rencontrés par les bébés, dans les nombreux transferts à l’hôpital.


 


Généraliser cette déclaration à tout l'Occident est pire. Lors des dernières statistiques chez nos voisins hollandais, la moitie des accouchements à domicile se terminait à l’hôpital mais les
statistiques ne précisent pas pour quelles raisons.


Donc au moins que vous avez des chiffres....