Maisons de naissance : retour vers le futur

Publié le par Betty Boob


Pêché dans Paris-Normandie, 31 août 2009 (d'autres journaux ont publié la même citation), "Les maisons de naissance à l'essai" .

Et c'est reparti pour un tour, revoilà les "maisons de naissance" à la une de la presse. Dans certains articles on pourrait croire que c'est tout nouveau, que enfin un décret va être à l'étude, et qu'on va les expérimenter, enfin .... Ca fait déjà plus de dix ans que ça dure. Mais le point de vue des gynobs prime : les maisons de naissance seront attenantes, ou ne seront pas. Autrement dit on va faire un décret pour mettre en place des salles nature ou pôles physiologiques. Pourquoi pas, il en faut aussi, mais ceux-ci n'ont pas besoin de décrets ... sauf que pas tout à fait ... les sages-femmes y seront réellement indépendante des médecins ? A voir ...  En tout cas, pour défendre son bifteak Le Dr.  Rozan, président du SYNGOF,  n'a pas pu  s'empêcher de plonger dans la mare :

Tant que les maisons de santé sont incluses dans une structure hospitalière, qu'il peut y avoir immédiatement un anesthésiste et un obstétricien pour faire une césarienne, ça ne nous gêne pas du tout "

Et un beau lapsus : maison de santé, au lieu de maison de naissance ...

" Par contre, nous ne voulons pas d'une maison de santé isolée dans la nature. Ce serait revenir en 1800. "

Sa machine à remonter le temps nécessite une révision d'urgence. En 1800, des maisons de santé existaient, mais pas les maisons de  naissance. Il ne s'agit donc pas d'un simple lapsus, mais d'une vrai confusion. En réalité, assis dans sa machine à remonter le temps, il est bien resté dans Paris, mais propulsé en l'an de grâce 2800. La machine a matérialisé son cauchemar : un grand Paris entièrement vide, où seuls les hôpitaux et les cliniques seraient encore debout. Parce que pour s'isoler dans la nature en plein Paris à moins de 30 minutes d'une maternité, il faut vraiment avoir rêvé.

Commenter cet article