On écrit au BooB : un mal pour un mal

Publié le par Barbara & Betty B.


Si il existe un métier qui peut être parfois extrèmement ambivalent, c'est bien celui de médecin. Dans le temps on pratiquait certaines opérations ou soins musclés sans anesthésie. Mais s'il faut couper une jambe gangrainée pour sauver une vie, on peut se dire que c'est un mal pour un bien. Si dans un hôpital de campagne en pleine brousse avec à peu près rien sous la main, et surtout pas d'anesthésiques, un médecin fait une révision utérine à vif à une femme en pleine hémorragie de la délivrance, on peut aussi se dire que c'est un mal pour un bien (cette situation d'extrème urgence n'ayant rien à voir avec les révisions systématiques pratiquées dans un hôpital au Congo). Mais là, dans le récit de cette jeune femme, ou diable peut-être être niché "un bien" ?



J'ai accouché sans péridurale. J'ai eu de la chance, la sage-femme à l'hôpital m'a motivée en ce sens. J'ai évité beaucoup de choses mais pas tout.

Les horreurs que j'ai entendues et subites ont été faites par des hommes.

Lors d'un rendez-vous mensuel, ma gyneco étant absente, son remplaçant m'a fait le toucher vaginal... Il m'a fait mal, un truc de malade. Je lui dit  et là il me répond:

"Mais madame, va falloir vous habituer, tout passe par là !"

Même mon compagnon, n'a pas su quoi répondre tellement on a été surpris! Je suis persuadée que c'était sa façon de me mettre plus bas que terre.

Pareil à l'hôpital, avant que j'entre en salle d'accouchement, un médecin devait me faire un toucher pour voir si le travail était commencé (pour l'histoire j'étais arrivée avant le début du travail à cause d'une fissure de la poche des eaux). J'avais mal bien sûr et prenait donc mon temps pour m'allonger car plus je m'allongeais, plus les contractions étaient douloureuses. Et là,il me pousse sur la table, m'introduit ses doigts dans le vagin et farfouille avec violence!!! Je hurle et il me répond:

"Fallait que je vois votre col pendant une contraction pour savoir si elle agit dessus !"

Il n'aurait pas pu attendre la contraction suivante ? J'étais la seule à accoucher à cette heure-là, y'avait aucun rush... enfin, peut-être qu'il avait son cours de golf ! Lol !



Péri or not péri ... vous avez remarqué, dans son cas ce n'est pas la douleur du travail qui l'a le plus marquée !

Non, tout ne passe par là, surtout pas dans la violence. Il y a des cinglés qui ont le fantasme de tout y faire passer, mais ce sont des malades, passibles de la prison quand ils passent à l'acte. Ce genre de gynobs, indignes du titre de médecin, des brutes, devraient être strictement interdits de pénétration dans l'intimité des femmes (et des hommes cela va de soi).

Publié dans On écrit au BooB

Commenter cet article

ESF3 30/10/2010 15:54



Je suis étudiante sage-femme, evidemment je comprend l'intéret des touchers vaginaux hors et pendant la contraction. Mais cela ne justifie pas le manque de respect de ceux qui ne vous préviennent
pas avant de le faire, ou font ça sans se preoccuper de la douleur occasionnée. Ce sont juste des crétins qui ont oublié leur humanité.



Betty Boob 06/09/2009 17:10

Bonjour Wonderlau,Merci beaucoup d'ajouter ce témoignage. C'est renversant ! Il est terriblement difficile de se défendre de tels médecins car une fois qu'on est prise dans la consultation on ose plus rien dire .... Mais on devrait. Entre autres, un médecin n'a pas le droit de faire venir ses étudiants sans l'accord du patient. Dit autrement, vous avez le droit de refuser un examen ou/et de jeter les étudiants ou les confrères dehors.

wonderlau 04/09/2009 13:00

ca me rappelle un rdv chez un "gynobs" qui à la fin me tapote la cuisse dans un style des plus vulgaires en me disant "brave fille", je suis une vache ou quoi ? ou cet autre qui me fait un examen des tompes devant 3 étudiants mâles (sans me prévenir de leur présence à l'avance) et passe 1/4 d'heure à chercher l'entrée de mon col et finit par le trouver en utilisant un spéculum de jeune fille prébupère... c'est vous dire ce que j'ai jonglé avant pendant ce 1/4 d'heure sous le regard scrutateurs de 4 mecs sur mon vagin...