L'exorciste : quand la viande va bien, tout va bien

Publié le par Maryline & Betty B.


Secret de 2009

Vous vous souvenez du coup des forceps montés à l'envers ?... Et bien cette jeune femme a décidemment de bien mauvaises fréquentations carabines ;-) car voici la suite de son histoire. Ne voulant plus prendre le risque de se retrouver les quatre fers en l'air avec pour tout horizon un gynobs armé de forceps montés à l'envers et déclarant : " C'est pas grave, on y va ! ", elle avait opté prudemment pour un suivi global et un accouchement à domicile avec une sage-femme libérale. Mais hélas, cela ne dispense pas de se coltiner quelques visites et l'inscription à la maternité du coin ... et tout ce qui peut s'ensuivre :



A cette occasion, j'ai vu en consultation le collègue du gynéco qui m'avait accouché. Je lui explique calmement mon choix, le fait que je reconnaisse à la medecine bien des avantages en cas de problème, mais que quand tout va bien je vote pour un accouchement plus intime et humain... Comme il se moque quasi ouvertement du terme "humain" (il semble ne pas connaitre sa signification??), je lui raconte donc mon 1er accouchement et cette fameuse phrase sur les forceps.  Sa réponse :

"Bien sûr, ça peut paraître indélicat, mais il faut comprendre que nous travaillons dans le stress"....

Oui, parce que moi en train d'accoucher et ne comprenant rien à ce qu'il se passait, moi par contre je ne stressais pas du tout...

Enfin, balayant tous mes arguments sur le fait que j'avais pu vraiment mal vivre ce 1er accouchement - il a juste souri quand j'ai parlé de mes 22 points d'episio... - il clôt la conversation avec un :

"Enfin le principal c'est que vous alliez bien vous et votre bébé, non? "




Le Boob aurait bien conclu : tant que la viande va bien, tout va bien !

Mais, quand même, avec 22 points de suture et une extraction aux forceps inversés, on ne peut pas décemment soutenir que la viande allait si bien que ça ...

" L'important c'est que la mère et le bébé aille bien ". Cette phrase fétiche des gynobs et de nombreuses sages-femmes, reprise allègrement par tous les médias, et même par les gens lambda, ne doit en aucun cas être prise au premier degré. Cette phrase semble dire une évidence tout en disant autre chose. Ce n'est pas une phrase  pourvue de sens, bon ou mauvais. C'est une ritournelle, un pater, un ave maria, une litanie, un exorcisme, ou une incantation shamanique, bref un truc qui essaye de faire croire au corps médical et aux parents qu'il s'est passé le contraire de ce qui est arrivé. Quand cette phrase tombe après une naissance, c'est toujours parce qu'il s'est passé quelque chose. Si jamais elle tombe avant la naissance, attendez-vous au pire. Tant que les gynobs continueront à croire dur comme fer que cet ersatz de 3 pater et 1 ave leur donne l'absolution...


Commenter cet article

k-line 22/04/2010 00:41



Je sais que j'écris bien après que cet article soit sorti mais je voulais exprimer mon soulagement à l'idée de ne pas être la seule à avoir souffert dans son
entourage de phrases toutes faites de ce genre. Alors que j'expliquais mon point de vue sur l'accouchement, qui doit se faire selon moi dans le respect de la femme et de l'enfant, on m'a
rétorqué, à la limite de l'agréssivité, que le principal était que l'enfant aille bien et qu'il était égoiste de demander un minimum de douceur et bien-être au moment de son accouchement... d'où
viennent ces raisonnements? Je ne comprends pas que l'on puisse être aussi obtus et peu enclin à comprendre que la délivrance sereine de l'enfant passe aussi par un bien-être physique et moral de
la mère, accompagnée et soutenue bien évidemment. Bravo de vouloir ouvrir les esprits dans votre blog!



squirry 30/12/2009 13:08


C'est épouvantable. C'est exactement la réflexion que m'a faite mon compagnon alors que je lui racontais l'accouchement éprouvant d'une amie, le 24 décembre. C'est exactement ce que j'ai entendu
après ma césarienne, alors que j'ai souffert pendant des mois et que j'ai toujours mal à cette cicatrice presqu'un an après. Cette saleté de mantra à la c*n qu'on nous radote pour nous persuader
que ce qu'on a subi n'a aucune importance, puisque la maman et le bébé sont vivants.
Je vous raconte rapidement, et vous pourrez peut-être en faire un article. le 24 décembre, mon amie accouche, avec une sage femme, tout se passe bien, elle gère bien la péridurale, elle pousse 4 ou
5 fois avec la sage femme. Elle sent bien descendre son bébé. Vers 22h, les toubibs débarquent, poussent la sage femme sur le côté (à un moment ils seront 8 dans la pièce à observer son vagin). Ils
décident de se servir de la ventouse. Pourtant, aucune utilité car le bébé est en train de faire son chemin.
Ils sortent le bébé, ajoutant ainsi un acte à facturer en ce soir de fête. Youpi ! Comme si ce n'était pas assez, ils n'attendent pas le temps qu'il est admis pour la delivrance, l'expulsion du
placenta ne va pas assez vite à leur goût. Alors ils appuient comme des brutes sur le ventre de la maman qui vient d'accoucher et ils lui offrent (bing ! autre acte!) une révision utérine pour
finir tout ça rapidement. Mais bon, le bébé va bien et la maman aussi, comme tout le monde le psalmodie. Ca excuse évidemment tous les actes inutiles, humiliants et douloureux qu'ils lui ont
infligée, n'est ce pas ?
Je suis effarée de voir que ça se passe tellement souvent comme ça. Je veux un autre enfant. Mais je ne veux plus être traitée comme ça. Mon ami ne pense même pas à la possibilité d'un AAD. Moi
même étant assez froussarde, je ne sais pas si j'arriverais à faire ça un jour. Mais ça me rend malade que les femmes doivent subir tant de traitements scandaleux, et sourire et oublier puisque le
bébé et la maman vont bien.


Alfgard 12/10/2009 11:10


C'est comme cette collègue à qui j'expliquais mon désir d'AAD contre les maters inhumanisées : "Entre un cheval aveugle et un borgne, je choisis le cheval borgne" !
C'est pour moi une méconnaissance totale des deux "milieux-méthodes" !


dd 27/08/2009 10:46

C'est clair!... ils doivent l'apprendre par coeur dans les écoles de médecine ! :-))