Conflit de têtards : la pénurie de spécialistes arrangeait les gynobs libéraux

Publié le par Betty Boob


Pêché dans " L'hôpital malade de la rentabilité", de A. Grimaldi, eds fayard 2009.

Dès le chapitre 1, Grimaldi part en guère contre le fameux numérus clausus, géré à si courte vue qu'il a créé la pénurie de médecins actuelle. D'après lui cette pénurie était tout à fait volontaire, du moins chez certains, p.18-19 :

" A gauche, certains économistes et gestionnaires, dont Jean de Kervadoué, ancien directeur des hôpitaux, et Gilles Johanet, ancien directeur de la sécurité sociale, estimaient qu'en matière de santé, l'offre déterminait la demande. Autrement dit, si on diminuait le nombre de médecins, il y aurait moins de patients ou, du moins, moins de consultations et moins de prescriptions ! [...]
A droite, en revanche, les arguments en faveur de ce système étaient plus matérialistes. Les représentants des syndicats libéraux expliquaient que la pléthore médicale risquait, par le jeu naturel de la loi de l'offre et de la demade, de paupériser les médecins. Pour que ceux-ci conservent un revenu financier enviable, il fallait, estimaient-ils, réduire leur nombre, en particulier celui des spécialistes. L'Histoire leur a donné raison. Il suffit de rappeler la déclaration cynique du président du syndicat des gynécologues et obstétriciens libéraux [
syngof] : " Si les patientes ne veulent pas payer les dépassements d'honoraire en clinique, elles n'ont qu'à aller se faire soigner à l'hôpital par des médecins à diplômes étrangers. " (Le Monde, 2 spetembre 2006). "

Qu'est qu'il a les idées mal placées le prof Grimaldi, tout le monde sait bien que les gynobs ne bossent que pour le bien des mères et des bébés ...

Commenter cet article

Cécile - Une quadra 26/07/2009 08:51

Je vous lit régulièrement et là j'ai confirmation que je dois me réjouïr du gynéco que j'ai trouvé il y a de cela un peu plus de 20 ans.
1) au cours des consultations il est toujours doux dans ses gestes, prévenant et à l'écoute et accepte sans problème de ne pas procéder certains examens que je refuse de subir.
2) Même avec une première grossesse débuté à 37 ans passé il ne m'a jamais fait "la morale" sur mon age avancé, il m'a informé des retards de conception possible, des risques éventuels et de ce qu'on pouvait faire pour essayer de les réduitre mais sans insister lourdement, il m'a accompagné lors de mes doutes et questions, a simplement pocédé aux contrôles pour déterminer le pourquoi des choses, au vu des résultats sur 3 cycles il a proposé de l'aide, en me laissant le temps et les éléments de la réflexion.
3) Lors de la naissance il a laissé le maximum de chance de sortir naturellement à ma fille, même contre l'avis d'uen sage femme qi voulait qu'il "ouvre de suite", hélas miss n'est pas sortie toute seule mais les événement lui ont donné raison, elle n'aurait pas supporté la naissance "normale", double circulaire et procidence plus malformation cardiaque.
4) Il ne consulte plus désormais en cabinet mais uniquement en clinique (où est née ma fille) mais sans dépassement d'honoraire pour une raison toute simple cette clinique salarie ses médecins et ils ne sont pas payés à l'acte, il continue donc ce qu'il a toujours fait même en cabinet, il prend son temps.
5) Après la naissance j'avais des tonnes de questions, de regrets etc, il a pris le temps à plusieurs reprises de m'écouter, de dialoguer, (hors temps de consultation et gratuitement) et de revenir sur certaines de ses façons de faire, d'informer ses collègues à la clinique de ses reflexion sur une naissance plus humaine etc
 
En plus de ses qualités d'écoute il est drôle et a de l'humour et est toujurs disponible pour la discussion. Par contre au niveau look  ça n'est pas Apolon loin de là mais je m'en fiche j'en changerai pas pour un empire. J'ai vraiment beaucoup de chance de l'avoir trouvé par hasard lors de mon arrivée dans la ville.