Charlie tire au bazooka sur les Déchainées

Publié le par Betty Boob


Pêché dans Charlie Hebdo, 22/4/2009, page 7

Touché coulé ! Agathe André, journaliste fameuse du non moins fameux Charlie Hebdo, a sorti l'artillerie lourde, dans tous les sens du terme. Cible calcinée : les Déchainées. Et le pire c'est qu'elle n'a pas tout à fait tort. Lisons donc cet article :



"Une autre ponte est possible
Agathe André


« Mon corps m'appartient, même quand j'accouche, c'est mon sexe ! » Efficace. Mais derrière le slogan qui claque, une bande d'hystéros de la naissance naturelle, qui réduisent les femmes à des mammifères.



La voilà qui tire à bout portant sur des poules en ressortant une arme radicale ultra-machiste : l'hystérie. "Argument" à la noix qui fait encore fureur dans le monde politique français : un homme politique pique une juste colère, une femme politique fait une crise d'hystérie. Le comble c'est que cette arme machiste est dénoncée vertement et à juste tire par les fémnistes. Comment une féministe peut-elle sans sourciller reprendre la même massue ? Mystère totalement contradictoire, dont la seule solution serait que les femmes qui ne pensent pas féministement correct ne sont pas dignes du titre d'être humain. Juste des poules hystéros... Mince, nous voilà revenus au temps de Charcot, le quasi inventeur de la seule pathologie psychiatrique uniquement féminine : l'hystérie.

 

A propos de mammifères ovipares (on apprend à l'école que seules 5 espèces animales appartiennent à l'ordre des monotrèmes, mais il faudrait donc y rajouter les poules .. et les hystéros) j'ai fouillé toutes les pages du site des Déchainées, pas la moindre trace du mot "mammifère". Elle se fait des idées toutes seule, Agathe André.

 


Un mail, puis deux. Parfois, quatre par jour. De plus en plus longs, renvoyant tous vers le site des Déchaînées(1), « les extrémistes de la naissance », et tous signés Selina Kyle, en hommage à Catwoman...


 

Oups, on sent que ça l'a franchement irritée depuis le début. Catwoman était enrhumée, elle n'a pas senti venir le vent mauvais.

 


Son obsession : l'accouchement à domicile (AAD). Son combat : dénoncer «les non-sens de la prise hospitalière », le recours systématique à l'épisiotomie, à la péridurale et aux injonctions médicales autoritaires qui contiennent « la puissance du corps féminin ». Après tout, on a le droit de préférer une déchirure tortueuse à un coup de ciseaux net et précis. Une bonne vieille douleur christique à un anesthésiant.


 

Une petite lecture du livre "La naissance en Occident" s'impose (P.Cesbron & Y.Knibiehler). C'est un peu plus compliqué que ça Agathe, un petit effort intellectuel peut-être ...

 


Et de trouver fendard de mettre bas à la maison : en 2009, l'accouchement est un phénomène plus social que médical, « a priori sans danger pour 80 % des cas, précise Selina, ce n'est pas plus risqué pour une femme en bonne santé, accompagnée par une sage-femme qui la suit depuis le début, que d'accoucher à l'hôpital ». Et d'ailleurs, « en cas de soucis, on organise un transfert vers la maternité la plus proche ». Le sourire et la crémière. Le bébé et l'eau du bain... Le Dr Pelloux confirme: « Dernièrement, on a trouvé une femme dans sa baignoire, son nouveau-né noyé... On est obligé de reformer les urgentistes et le SAMU à l'accouchement d'urgence pour faire face à cette nouvelle mode... »


 

Pelloux, of course, chroniqueur talentueux de Charlie Hebdo aussi. Une femme dans sa baignoire, un bébé noyé, une horreur. Et la sage-femme ? Elle regardait béatement le bébé dans l'eau du bain ? Ou bien il n'y avait pas de sage-femme ? Et pourquoi n'y avait-il pas de sage-femme ?

 

Une autre femme, morte en se vidant de son sang dans l'une des maternités privées les plus chères de Paris. L'anesthésiste était parti jouer au golf.  Le gynobs s'était isolé dans son cabinet pour continuer ses consultation de luxe. Pour A.A. et Pelloux les morts n'ont pas tous le même poids, ça dépend où ils sont morts.

 

Une autre femme, maltraitée à la maternité pour son premier enfant, si traumatisée qu'elle refusait totalement d'y remettre les pieds. Quand le travail a commencé elle s'est planquée dans la salle de bain pour que son mari ne sache rien. Le bébé est né. Non, il n'était pas mort, il allait même bien. Et pourtant, avec un tel passé, et une telle motivation, ça pouvait être mal barré. Si Pelloux-Zorro avait été appelé par le mari, il aurait enjoint à cette femme de se mettre dans la position du missionnaire, de ne plus bouger, lui aurait trifouillé les entrailles comme il se doit, et pour le coup elle l'aurait faite, la crise d'hystérie. Que fallait-il faire ? La forcer à aller à l'hôpital, ou ne pas la maltraiter la première fois ?

 

Chacun a ses histoires sordides, Agathe. L'ANA - Accouchement Medical non Assiste, sans sage-femme quoi - n'a pas le monopole des horreurs. Il y en a trop-plein sur le BooB, et ailleurs sur la toile. Des trucs bien gore, genre boucherie. Pourquoi seule celle du Dr. Pelloux mérite-t-elle votre attention ? Ah oui, j'oubliais, les poules hystéros ne sont pas tout à fait des êtres humains, tandis que Pelloux est le représentant du sauveur réincarné.

 


Catwoman insiste : « Rien dans la loi n'interdit l'AAD, mais les sages-femmes trouvent de moins en moins d'assureurs, il faut ouvrir des maisons de naissance sauf qu'il n'y a aucune volonté politique ! » José Bové fut le dernier à porter le message, et, qui sait, vu la gueule de l'hôpital public (voir p. 2), l'hospitalisation à domicile est sans doute l'avenir...


 

Très juste ! Hélas, car le libre choix, déjà quasi inexistant, pourra encore plus aller se faire voir ailleurs si il y est. Prenons une femme qui veut une péridurale d'emblée, et une maternité de niveau III car elle est morte de peur pour son bébé. L'obliger à accoucher chez elle ou en MdN, ça pourrait faire de sacrés dégâts. L'inverse aussi.
La différence entre Agathe André et les Déchainées, c'est que ces dernières ne méprisent pas ces femmes là. Pas de poulailler chez les Déchainées. Juste un singe accroché à un lustre... mais c'est de leur propre tronche qu'elle sse moquent... et de celle du Pr. Nuisant.

 


Le retour de la matrone


Et puis, il y eut le mail de trop. Intitulé « Un pur enchantement ». Renvoyant à une vidéo écolo-mystico-new-age : une pièce sombre, éclairée par quelques bougies, où une femme valse et psalmodie avant d'enfanter. Une adepte du chant prénatal et de Michel Odent, chirurgien et obstétricien, pour qui le bébé est « le plus beau des mammifères ».



Un point pour Agathe André ! Sur ce coup là les Déchainées ont merdé. Une vidéo sur daily-motion. Certaines Déchainées se sont laissées hypnotiser par l'ambiance, les autres pioncaient... Enfin non, elles couraient dans tous les sens entre leurs diverses activités. Et paf, envoi à A.A., pensant que ça pourrait la chambouler dans sa vision aseptisée. Pour l'avoir chamboulée, ça l'a chamboulée, à tel point qu'elle en est restée totalement obnubilée, oubliant tout le reste.

 

Alors qu'est-ce qu'on voit dans cette vidéo ? Ca dépend du point de vue. Avec les prégugés d'A.A., c'est bien un délire mystico-new-age, horriblement choquant sur la fin - pensez, un bébé qui sort par le vagin de sa mère-poule, qu'elle met tout nu et encore dégoulinant à sa mamelle, immonde, infect, animal, dégueu. Elle n'a même pas remarqué que, au moins, ça ne pisse pas le sang. Point de vue suivant, celui des femmes qui savent qu'on peut accoucher autrement que d'être accouchée comme on vidange une voiture, et qui ne considèrent pas la  physiologie du corps comme un truc dégueu. Ça peut être séduisant, les images sont belles, l'accouchement est doux et peu douloureux, c'est tentant, hypnotisant. 

Et puis entre les deux, il y a le point de vue redescendons-sur-Terre-et-gare-à-l'atterissage.  C'est qui cette femme ? Magali Dieux, comédienne, chanteuse, écoles de chant-musique-danse-théâtre-cirque, prof de chant, coach développement personnel en entreprise et en privé, un temps prof à la Star Academy !, Trois sites internet réalisés par des pros. Ce n'est pas l'accouchement d'une femme lambda filmé maladroitement par un ami. Ce n'est pas un documentaire. C'est un film spectacle, monté par des professionels, avec éclairages, mise en scène, et voix off. Entre 23h et 9h, on la retrouve dans la même (et inconfortable) position (réservée aux danseuses), toujours en train de donner un spectacle de chant, étrangement statique. Ce n'est qu'à la fin que, perso, j'y retrouve une part d'authencité, parce que là quand même elle ne peut plus jouer un rôle. Et vous remarquerez qu'elle ne chante plus, et ne regarde (presque) plus vers la caméra... On remarque aussi que pour la naissance la sage-femme rapplique - ce n'est pas un ANA - et que le mari entre en scène sur un signe de la sage-femme. Bonjour la spontanéité.

 

Une adepte d'Odent ? Ca l'arrangerait bien, Agathe André, hop dans le sac fourre-tout tendances sectaires comme le mot "adepte" le suggère, et ya plus de discussion. Même pas. Ce film ressemble à une mixture entre une vrai expérience d'accouchement alternatif, une mise en scène narcissique, et une bonne dose d'opportunisme. Parce que quoi, elle se vend au bout du compte. Elle vend son coach par le chant et autres entraînements spécial accouchement. Faites tout ça, payez quelques centaines d'euros au passage, et vous aurez un accouchement de rêve, à condition de suivre un véritable entrainement comme un sportif. Ca sent un peu l'arnaque, même si elle doit certainement y croire. Mais elle n'est pas la seule à arnaquer les femmes enceintes tout en croyant à ce qu'elle fait. Un bon sujet d'article ça.

 


Or «les mammifères se cachent et s'isolent pour mettre au monde leur progéniture. Ils ont besoin d'intimité ». Bref, nous sommes toutes des biques. Il faut donc, si l'on croit Selina, « respecter le rythme physiologique et écologique de l'accouchement. Une danse dans laquelle la mère et son bébé sont en interaction. Il faut s'abandonner aux contractions ». Car, là, « le féminin est à l'œuvre » : en matière d'obstétrique, les hommes, encore eux, auraient aussi imposé leur vision...  « Aujourd'hui, l'accouchement ne fait plus partie de la sexualité féminine. On ne parle que d'IVG et de contraception. Or ce sont les femmes qui accouchent : il faut leur reconnaître le droit de pouvoir trouver ça génial d'être enceinte. » Derrière les fourneaux, pourquoi pas ?


 

Ouarf ! Merci pour le fou-rire, Agathe. Qu'est-ce qui vous fait croire que les Déchainées sont des bobonnes-popottes à la maison derrière les fourneaux ?! Vous ne vous êtes pas demandé ce qu'elles peuvent bien faire dans la vie ?



Mais oser réécrire le Manifeste des 343 salopes, en remplaçant « IVG » par « accouchement à domicile », c'est juste faire le jeu d'un féminisme régressif : là où les femmes revendiquaient l'égalité devant la sexualité et la parentalité, ces excitées des ovaires réaniment les vieux démons essentialistes et l'empire des ventres.  Et voilà comment, derrière la contemplation hippie face au miracle de Mère Nature ou derrière un pseudo-combat pour une alternative au milieu hospitalier, la prison des genres refait son apparition. La moelle de la féminité est une fois de plus inscrite dans la maternité. C'est la nature qui fonde notre supériorité. Pas la culture... Une dérive dans l'air du temps où le bonheur, c'est l'idéal maternel, Edvige Antier et l'allaitement jusqu'à 25 ans, les couches en papier mâché et la cabane au fond du jardin...



Si c'était vrai ce serait franchement gonflant. Mais le site des Déchainées, c'est pas ça du tout. Le site ne parle pas de la "maternité". Le site ne parle que de l'accouchement, de la contraception, et de l'IVG. Rien sur le maternage, rien sur l'éducation, rien sur l'allaitement. Le dessin humoristique qui illustre l'article est poilant (une lapine déjantée aux 300 mammelles) mais complètement à côté de la plaque. Un examen un peu attentif de la liste des signataires du manifeste aurait pu calmer les ardeurs irréfléchies d'Agathe André. Toutes les catégories socio-professionnelles y sont représentées. Le pourcentage de femmes aux foyer est sensiblement le même que dans la population générale. Par contre la catégorie cadres et professions intellectuelles supérieures est surreprésentée d'environ 10%. Le cliché mammifères-ovipares-hystéros derrière les fourneaux ne tient pas, à côté de la plaque aussi. Il ne tient même pas pour Magali Dieux d'ailleurs; elle n'a rien d'une bobonne derrière ses fourneaux cette femme là.

La seule différence biologique objective entre un homme et une femme c'est le sexe, la grossesse, et l'accouchement. Une lapalissade me direz-vous. Une fois le bébé né, il y a mille et une façon d'assaisonner cette partie de la maternité. En donnant le biberon on peut même parvenir à la stricte égalité des rôles dans le couple. Mais il n'y a que les femmes qui avortent, que les femmes qui sont enceintes, et que les femmes qui donnent naissance. Cette dissymétrie est biologique et non partageable. On peut vouloir la gommer par la technique - l'utérus artificiel - , on peut aussi l'accepter comme une part de soi. Pourquoi le combat pour le droit à l'avortement et la contraception était-il légitime - et absolument fondamental - et pas le combat pour la libre disposition de son corps pour donner naissance ? Pourquoi ne peut-on pas ouvrir le bec pour parler des abus de pouvoir de la médecine sur le corps des femmes dans ce moment crucial, voire sur l'infantilisation et la maltraitance qui perdurent (même si il  y a un net progrès par rapport aux années 70, soyons juste) sans se faire immédiatement cataloguer poules-hystéros par d'autres poules et coqs divers ?

 

Certaines veulent le droit de ne pas avoir d'enfant; elles l'ont en France. Certaines veulent le droit à faire des enfants en passant totalement par la technique; si l'utérus artificiel fonctionne jamais elles l'auront probablement. Certaines veulent le droit d'accoucher par elles-mêmes et non pas immobilisées sur une table médicale, perfusées de partout, et leur intimité ouverte à tous les vents et toutes les intrusions ; elles ne l'ont pas. 

Et le papier mâché ? Trop con pour mériter un commentaire.

 

Quant à Edvige Antier... On s'en occupera la semaine prochaine ;-)

Commenter cet article

Gwen 24/09/2010 10:32



L'article de base est déjà choquant par son irrespect total! Quant au reste...



Betty Boob 30/04/2009 11:46

Ca en fait de la conversation cet article ;-) C'est pas pour vous embêter, mais "la tour prend garde de te laisser abattre" .... J'ai bien pris soin d'écrire que après la naissance du bébé "il y a mille et une façon d'assisonner cette partie de la maternité". Ne tombons surtout pas dans le même panneau qu'Agathe André. Le site des Déchainées c'est le problème de l'accouchement, du libre choix à ce moment là, de la liberté de disposer de son corps à ce moment là. Point. Le reste, après, comment on fait, on materne ou pas, on reprend le boulot ou pas, on allaite ou pas, on le met à la crèche ou chez une nourrice ou pas, c'est un autre problème. Le champ de bataille des Déchainées est parfaitement délimité. Et c'est le plus gros travers de l'article d'Agathe André :  elle a tout amalgamé. Une femme peut tout à fait accoucher chez elle et repartir travailler 10 semaines après (durée du congé maternité), ça n'a rien d'incompatible. Donc please ne mélangeons pas tout, restons-en au point soulevé par les Déchainées, l'accouchement. Pour l'après, il y a d'autres sites, d'autres forums, d'autres articles, d'autres patacaisses aussi ;-)

dds 29/04/2009 21:54

Tout à fait d'accord avec toi...c'est bien pour çà que j'ai mis "selon moi"....ce n'était que mon opinion pas une ligne de conduite universelle!...;-)Mais, je trouve quand même dommage que certaines se "calquent" sur le modèle des hommes pour se dire "féministes" !!!!......mais comme tu le dis, si çà leur plait, cela ne regardent qu'elles... moi çà ne m'empêchera pas de vivre!:-)

Lullaby 29/04/2009 18:29

Ce n'est pas TON féminisme. Le féminisme c'est la notion de choix, si elle est heureuse comme ça c'est cool et ça ne regarde qu'elle. Le tien est différent et ne regarde que toi. Je trouve que donner une ligne "obligatoire" dans un sens ou dans un autre c'est desservir le mouvement.

dds 29/04/2009 15:08

... suite du message qui a été coupé!!:-((ce n'est donc pas le même féminisme que certaines femmes veulent aujourd'hui, en 2009...Nous voulons être femme, réclamons les mêmes droits que les hommes (et tant mieux!) mais réclamons aussi le droit de choisir d'accoucher comme nous le souhaitont et de materner si on en a envie......si être féministe pour certaines c'est travailler comme les hommes, ne pas avoir d'enfant (ou les faire après 40 ans pour sa carrière), et les faire élever par diverses collectivités parce qu'elles n'ont pas de temps à leur consacrer... alors pour moi ce n'est pas faire avancer la cause féminine!Les femmes au contraire devraient faire évoluer les mentalités en refusant des réunions trop tardives, en étant enceinte et en réclamant le même poste après leur congés maternité...à l'inverse, elles se plient aux règles des hommes et se disent féministes...Si être féministe cela veut dire ressembler à un homme, alors pour moi, ce n'est du féminisme!