Enfer et putréfaction de la formation des étudiants en médecine

Publié le par Betty Boob


Pêché dans « Urgences pour l’hôpital », de Patrick Pelloux (médecin urgentiste au Samu de Paris, président de l’Association des médecins urgentistes de France, chroniqueur à Charlie Hebdo), eds le cherche midi, 2008, p.32 :

 

« Il n’y a eu aucune réforme de la première année de médecine, qui est un véritable carnage. Carnage intellectuel, car des jeunes qui ont envie d’apprendre la médecine se retrouvent sélectionnés par les maths, ce qui n’empêche pas, d’ailleurs, un certain nombre d’étudiants qui sont dans des souffrances psychologiques ou psychiatriques considérables de réussir à passer cet examen mais de ne jamais terminer leurs études, ou même parfois… de les terminer sans que rien ne les empêche d’exercer ! On remarquera que, quand un étudiant a des problèmes psychologiques, rien ne l’empêche de finir ses études de médecine. Il est très difficile de l’arrêter, de lui permettre de se faire soigner ou de le réorienter pour l’adapter à son environnement professionnel. »

 

Oui oui, au BooB on avait cru remarquer quelques cas douteux :- (((

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article