L'accouchement inopiné vu par Patrick Pelloux

Publié le par Betty Boob


Pêché dans "Urgences pour l'hôpital", de Patrick Pelloux,  médecin urgentiste au Samu de Paris, président de l'association des médecins urgentistes de France, et chroniqueur à Charlie Hebdo, eds Le cherche midi, 2008, p.88-90 :

"Il y a là toute une importance de l'accouchement et de la mise au monde qui touche, pourrait-on dire, une conscience républicaine. L'accompagnement des premiers jours de l'enfant par la solidarité des soignants et des familles est très performant, finalement, dans la prévention des misères sociales."

C'est très beau, c'est touchant, mais est-ce si vrai ?

" Mais l'accouchement est devenu un acte commercial, puisqu'il y a ces fameuses boîtes offertes aux parents, sponsorisées par des grands groupes industriels, vendeurs de couches et vendeurs de lait ... Pourquoi ce moment là ne redevient-il pas un grand moment de solidarité, plutôt que de devenir progressivement un moment marketing ?"

Ah ça, la grosse boîte rose pleine de publicité, c'est horripilant. Mais est-il vrai que ce moment là ait toujours été un grand moment de solidarité, même avant les boîtes ?

" Avec toutes les fermetures de maternité, il y a une recrudescence des accouchements à domicile, ou dans les camions du service médical de réanimation et d'urgence du Samu. C'est quelque chose qui doit nous alerter, car la démographie en France a progressé : il faut redévelopper les maternités. Par exemple, le Samu 93 fait un accouchement à domicile ou dans l'ambulance du Samu tous les deux jours !"

 

Encore un qui mélange les accouchements à domicile planifiés et innopinés. Ce n'est pourtant pas du tout la même chose ! Pourquoi y-t-il recrudescence des accouchements inopinés ? Qu'est-ce qui manque dans le 93, des maternités, ou des moyens de transport pour s'y rendre quand on a pas de voiture ? Ou bien certaines de ces femmes attendent-elles trop longtemps, pas trop envie d'y aller à la maternité ? Peut-être que  développer les maisons de naissance et l'accompagnement global par des sages-femmes résoudrait une partie de ce problème au moins autant que de développer les maternités.

" L'enfant naît et devient un objet commercial. La femme accouche et devient un objet économique, avec son temps moyen de séjour, avec ce qu'elle va rapporter en termes d'activité à l'hôpital et de points dans la codification. "

Commenter cet article