Dis Valérie Seror, ça sert à quoi le tri-test de l'IMG ?

Publié le par Betty Boob


Pêché dans un communiqué de presse de l'INSERM, 7 janvier 2009




Le dépistage de la trisomie 21 fait l'objet d'une règlementation spécifique en France imposant l'obtention du consentement écrit des femmes. Une étude menée par l'unité Inserm 912 "Sciences économiques et sociales, systèmes de sante, sociétés" et le Département de gynécologie-obstétrique de l'hôpital Poissy-Saint Germain dans les Yvelines révèle pourtant que les femmes sont susceptibles de mal comprendre les différentes étapes de ce dépistage. Les chercheurs montrent ainsi que la moitié des femmes qui ont accepté une échographie et un test sanguin n'avaient pas conscience qu'elles pourraient être amenées à prendre d'autres décisions : faire ou non une amniocentèse et, en cas de diagnostic avéré de trisomie 21, poursuivre ou interrompre leur grossesse.

"Si les femmes enceintes peuvent considérer que les prises de décision relatives à leur suivi de grossesse sont du ressort du médecin, il est en revanche discutable qu'elles n'aient pas conscience des implications potentielles du dépistage, notamment la possibilité d'avoir à décider de la poursuite ou de l'arrêt de la grossesse" précise Valérie Seror [l'un des chercheurs de cette étude].

Alors que le principe de décision éclairée est au coeur du dispositif réglementaire qui encadre le dépistage de la trisomie 21, les chercheurs concluent qu'il ne s'agit pas de condamner l'attitude des femmes, mais d'accompagner le dépistage par une information adaptée leur permettant des prises de décision en accord avec leurs valeurs.




Pourquoi donc faut-il préciser "qu'il ne s'agit pas de condamner l'attitude des femmes ?" Le dépistage de la trisomie 21 est complexe. Même les médecins s'embrouillent parfois les pinceaux dans les probabilités (pour les jargonneux, dans le calcul du risque intégré, comme on dit).  Donc si ces femmes n'avaient pas conscience des implications potentielles, c'est que le médecin ne les avait pas expliquées, ou en tout cas pas en termes intelligibles. Exemple de jargon innommable à éviter : clarté nucale, marqueurs sériques, et même  amniocentèse ou IMG. Combien de femmes osent dire qu'elles n'ont pas compris un mot ? Pas beaucoup. Combien de médecins se contentent de dire : Ca c'est le papier pour le dépistage de la trisomie 21, vous lisez et vous signer en bas" ? Plus qu'on n'oserait l'imaginer.  Que certaines femmes ou certains couples aient peur de regarder le problème droit dans les yeux, c'est probable. Néanmoins, si les médecins faisaient tous leur travail d'information correctement, elles seraient bien moins nombreuses à ne pas être conscientes des implications, ce qui est effectivement fondamental pour prendre une décision "éclairée".

Commenter cet article

marie 21/02/2009 09:59

Sans compter que certaines femmes ne comprennent pas que le résultat n'est que statistique, et donc elles pensent que si le résultat est bon, c'est sûr que l'enfant n'est pas trisomique.

Fanny 20/02/2009 18:43

mon gynéco m'a donné une feuille en me disant "ça c'est l'ordonnance pour le tri-test que vous DEVEZ faire entre telle date et telle date". et c'est grâce à cet article et aux commentaires que j'ai su qu'il y avait quelque chose à signer... il fallait regarder sur le verso de l'ordonnance... mon gynéco à osé signer un papier disant qu'il m'a bien informé de tous les tenants et les aboutissants de ce test!

julie 18/02/2009 07:07

et combien de médeçins le "prescrive" comme si c'était une énième pds, après tout on surveille bien si on est immunisé contre la toxoplasmose (par ex) ça n'est qu'une pds de plus...je remercie (même si elle était loin d'être parfaite) la gynéco qui m'a suvie pour ma 1ère grossesse, lors d'un rendez-vous au premier trimeste elle m'avait expliqué (un peu), m'avait remis un papier explicatif (tritest, ce que ça implique etc) et surtout m'avait dit "réfléchissez y avec votre conjoint et vous me direz lors du prochain rendez-vous si vous VOULEZ le faire (le mot qu'on entend trop rarement)Au moins j'étais parée pour ma 2nde grossesse qui s'est faite ailleurs.

Daria 17/02/2009 19:27

C'est marrant ce post, je me suis fait la même réflexion quand j'avais lu ces articles dans les journaux.
J'avais un peu compris ca comme "les femmes, ces grosses andouilles qui ne comprennent jamais rien et passent leur temps à pleurnicher, mais on est gentils, on veut pas les acabler", super...
Alors que c'est sur qu'on rentre rarement dans le détail côté médical, c'est comme ça et pas autrement, le côté reflexion personnelle / prise de décision, ils aiment pas trop en général !
D'ailleurs rien que cette phrase, je trouve, en dit long :
"Si les femmes enceintes peuvent considérer que les prises de décision relatives à leur suivi de grossesse sont du ressort du médecin..."
Non. La seule personne apte à décider, c'est la femme, ou le couple, dans le cadre des obligations légales s'ils veulent pas avoir de problèmes.
grrr !

Lana 17/02/2009 16:30

Ca c'est le papier pour le dépistage de la trisomie 21, vous lisez et vous signer en bas" c'est ce que mon gynéco m'a dit!