Vive l'échographie : sondée devant son fils

Publié le par Betty Boob


Pêché dans "La révolution intérieure. Psychologie de la grossesse et de la maternité", de Corinne Antoine, eds Larousse 2007, p.36 :

Cette psychologue clinicienne, hypnothérapeute, raconte "un cas" :

" Madame C., déjà mère d'un garçon de sept ans, est enceinte de cinq mois. Elle décide dans le but de préparer son fils à la venue du bébé qu'à la prochaine échographie, elle l'emmènera pour qu'il "découvre la photo de sa petite soeur". La première curiosité pour l'enfant débute avec la sonde vaginale. Même si les précautions d'usage avaient été respectéespour que l'enfant ne voit pas sa mère découverte, le garçonnet resta stupéfait et interrogatif sur le trajet de la sonde. Il répéta à plusieurs reprises : "Tu as mal, maman ! Tu as mal, maman !". L'enfant ne comprit pas grand-chose de l'image bizarre qu'il vit à l'écran. Il eut d'ailleurs un recul physique et fit des grimaces attestant de sa difficulté face à la scène. Une seule phrase sortit : "C'est ma soeur ce truc !". Même si les parents s'interrogent sur la préparation nécessaire que l'aîné doit recevoir pour que la naissance du puîné soit bien acceptée, ils ne doivent pas oublier de respecter l'âge de l'aîné et doivent tenir compte de sa capacité de compréhension. Il faut savoir que l'enfant lui aussi imaginera sa soeur, en rêvera, l'idéalisera et que dans tous les cas, les enfants ne peuvent concevoir que leur alter ego puisse avoir cette image déformée. "

Mais est-ce bien cette image déformée qui a choqué l'enfant ? Clairement ce qui l'a le plus choqué c'est "le viol" de sa mère sous ses yeux. Ce qui est inconcevable c'est que l'échographiste n'ait pas eu assez de jugeote pour reporter cet examen invasif à une autre fois et qu'il l'ait fait quand même sous les yeux du petit garçon. Ce qui est inconcevable c'est que la mère ait laissé faire cet examen invasif devant son fils. Il n'y a pas si longtemps on s'en passait très bien de la sonde endovaginale. Nous n'en aurons donc jamais finit d'examens de plus en plus invasifs, quitte à choquer un petit enfant ? Imaginez que des parents montrent un film érotique suggestif à leur enfant de sept ans avec une scène semblable .... la dénonciation à la DASS serait immédiate, tout le monde crierait à l'horreur, à l'abus, à l'indignation. L'enfant fait-il la différence entre le film érotique et l'examen médical ? On dirait bien que non.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Lisa 17/02/2009 10:35

J'ai refusé cette voie-là pour l'écho. Le gynobs a râlé, prétextant qu'il verrait moins bien, mais quand il a vu que j'étais prête à partir sans faire l'écho, il s'est résigné et l'écho a été parfaitement lisible bien entendu.

Daria 13/02/2009 23:00

Irina, exactement !! on s'est fait la même remarque avec mon copain : que voit-on de plus sur une écho interne ??? on pouvait presque compter les vertèbres !!
on parle quand même d'un des endroits les plus intimes d'une femme, encore heureux qu'on a droit de décision sur qui y met quoi !
Vous imaginez si c'étaient des hommes ? Vous pensez sincèrement qu'ils se laisseraient enfiler des trucs dans l'anus en public sans piper mot ? Moi je pense pas du tout...

irina 13/02/2009 22:56

Moi, je m'interroge quand on voit la netteté des images de mon écho des 12 SA faite sur le ventre, comme toutes mes autres échos...Je sais que je vais dire un truc "choc", mais parfois, n'y-a-t'il pas de mysogynes affirmé ou des pervers cachés parmis les échographistes ? Parce que quand on ose vous dire "où est le problème de vous faire enfoncer un tuyau couvert d'un capote entre les jambes, qui plus est devant votre mari ?", et bien ça montre qu'en effet, pour certains, on est des vaches pleines, rien de plus !

Daria 13/02/2009 20:29

Hé oui, j'ai fait mon écho des 12 SA hier, et j'ai dû batailler en prenant le rendez-vous pour trouver un endroit où ils les faisaient sur le ventre !
Je voulais vraiment que le papa soit là, (parce que même si c'est sûr que c'est avant tout un truc de diagnostic, je trouve que pour une première grossesse ça aide quand même beaucoup à rendre la chose réelle, et psychologiquement, j'en avais besoin, et je trouve ça important aussi, l'aspect psy), bref, et donc hors de question que le père de mon bébé me voie me faire sonder comme une vache....
Quand j'appelais pour prendre rdv et que je posais la question, il y avait toujours un blanc, genre "c'est quoi ces questions, mais madame enfin, où est le problème", je trouve ça grave d'être obligé de se justifier de pas vouloir subir ça !

snana 12/02/2009 02:57

ALLELUIA !! Moi qui me sentais si seule dans mon prjet de bébé, et qui me disait "quand je serai enceinte, jamais de sonde endo vaginale!!!".Vous m'avez fait un bien fou, toutes les femmes que je connais me prennent pour une folle de vouloir refuser l'examen !!