On écrit au BooB : accroupie comme les noires ...

Publié le par Betty Boob


Anecdotique le vieil atavisme colonialiste africain ? Malheureusement non, c'est bien plus ancré chez nos médecins, même au 21e siècle, qu'on aurait pu le penser. En voici un autre exemple grâce à ce témoignage :




Je voulais vous faire part d'une anecdote entendue récemment lors de ma dernière consultation chez mon généraliste.... Dans le même genre que l'anecdote sortie par la généraliste ayant allaité ses 3 enfants et ayant évoqué les Africaines et leur poitrine qui semblerait littéralement attirée par les lois de la pesanteur, tandis que nous, Européennes arriverions grâce à notre savoir à y échapper... Bref...

Je vais voir mon généraliste en ce début d'année 2009, suite à de violentes contractions utérines, me faisant souffrir dans le ventre et également dans le bas du dos. Ayant accouché prématurément de mon ainée suite à une rupture prématurée des membranes je préfèrerais éviter ce scénario et ce qui s'en suivit une seconde fois. Mon rendez vous du 6e mois n'est fixé que la semaine suivante, et depuis quelques mois il n'est plus possible de parler directement à une sage femme à la maternité où je suis suivie. Il faut se rendre aux urgences... (et encombrer tout un service pour des "conseils"!) Je me tourne donc en attendant vers ce médecin de famille ayant traité nos rhumes, gastro et bronchites. Après lui avoir décrit mes symptômes (contractions dans l'utérus et dans le bas du dos) celui-ci me demande quelle position me permet de les soulager. A sa grand surprise je descend de la table de consultation, et me met accroupie, posée contre le mur. Cette position était d'ailleurs celle qui m'avait fait "gérer" la douleur lors de mon 1er accouchement.... Jusqu'à ce qu'on décide de m'injecter du syntocinon sans m'avertir et que je me retrouve allongée sans plus pouvoir bouger....

Face à cette position qui visiblement l'étonne et qu'il juge "incongrue" mon généraliste rétorque : "Ah, vous vous mettez comme les Noires qui accouchent !".

Je reste quelques secondes sans voix... ne sachant comment expliquer que: 1) cette position d'accouchement est répandue dans de nombreuses parties du monde (et pas seulement dans ce qu'il voit d'une Afrique sous- développée, presque encore colonisée !);  2)  et que dans bien des pays d'Europe, et même en France sous certaines conditions, les femmes adoptent spontanément la position accroupie pour supporter la douleur et accoucher... si on leur laisse un tant soit peu écouter leur instinct, leurs gènes devrais-je dire, et si ce genre d'a priori d'un autre âge de la part du corps médical ne venait pas les en empêcher !!!!!


Il est quand même aberrant d'entendre ce genre de remarques de la part d'un médecin, comme si la position accroupie était réservée à quelques femmes accouchant dans leur case en Afrique Noire ... Et avec tout ce que sa remarque comprend de racisme et condescendance...


Il va sans dire qu'à présent je me garde bien d'évoquer avec lui tout ce qui pourra avoir un rapport avec mon accouchement, et par extension l'allaitement....




Vieille civilisation judeo-chrétienne enkystée. L'animalité qui est en nous, c'est le démon qui pointe le bout de sa queue...  Pourtant, oublions tout l'espace d'un instant, tout ce que nous savons, tout ce que nous ne savons pas, tout ce que nous croyons savoir, et tout ce que nous croyons ne pas savoir. Regardons cette femme accoucher accroupie ou à quatre pattes, et cette autre femme allongée sur le dos les jambes écartées avec deux à trois personnes face à son intimité. Vous les voyez toutes les deux ? Laquelle est la dans la position la plus incongrue ?

PS: mais quand même, ce médecin lui a demandé de prendre une position antalgique spontanée, c'est déjà quelque chose. Il va surement y réfléchir, ayons confiance en l'intelligence de temps en temps ;-)

Publié dans On écrit au BooB

Commenter cet article

Nath 21/01/2009 14:34

Ce genre de phrase qui fait référence à des pratiques "de noires", on me l'a également sortie concernant le portage en écharpe : "ah, vous faites comme les africaines !". A cela j'aime assez répondre qu'en fait non, les africaines préfèrent souvent le portage en pagne, mais beaucoup de femmes d'amérique du sud utilisent des techniques plus proches de l'écharpe, en asie également etc...Parler du maternage des mères du monde entier me permet de m'inscrire dans cette lignée universelle, de m'intégrer à un processus qui n'a pas d'âge ni de frontière plutôt que de rester dans le clivage "là-bas elles font comme ça mais pas chez nous" (avec le sous-entendu désagréable à mes oreilles qui tendrait à dire que chez nous c'est toujours mieux...).Mais les mentalités évoluent ! Pas plus tard que la semaine dernière en portant ma "grande" (4 ans) à la babygym je débarque en pleine conversation de mamans sur le thème "la position gynécologique, c'est bien que pour arranger le gynéco, on est pas faites pour accoucher comme çà..." Quel plaisir d'entendre ce genre de conversation !!!Ce blog contribue à cette évolution alors bonne continuation ! 

Liane 20/01/2009 12:49

Pour être l'auteur de ce témoignage je tiens tout de même à préciser que ce médecin reste quelqu'un de très humain par ailleurs, très compréhensif et même ouvert. Pour avoir eu par la suite une conversation sur la grossesse et l'accouchement, il a en effet ajouté que la nature savait bien faire les choses. Et qu'écouter son corps était très important.Je pense simplement qu'il est aussi parfois "conditionné" par sa clientèle, qui est composée de personnes agées majoritairement peu "ouvertes" et ayant une mentalité assez spéciale sur ce qui concerne la grossesse et par extension tout ce qui implique la maternité et l'éducation. (n'oublions pas que je vis dans le quartier aux cotés de ces personnes! qui ont connu les colonies...)Donc je pense sincèrement que ce médecin n'est pas "stupide", mais tout simplement influencé par les discours qu'il entend au quotidien de la part de ses patients!Mais j'avoue que j'espère pouvoir lui raconter mon accouchement, si celui-ci se déroule comme je le souhaite, et l'étonner.

Lilwenn 19/01/2009 00:09

Ce n'est pas tant l'église catholique qui est puritaine par rapport au corps, que certaines déviations, certains courants chrétiens. Les choses ont parfois été comprises comme ça à certaines périodes, mais pas maintenant : http://fr.wikikto.eu/index.php/Sexualité ;).Concernant la douleur, ce texte est beaucoup mis en exergue actuellement, mais je ne suis pas sûre que ça ait autant été le cas autrefois... C'était peut-être pour certaines femmes une manière de se rassurer sur cette douleur, inéluctable.

Betty BooB 18/01/2009 22:29

Bonsoir Lilwenn,Une petite phrase qui fait couler beaucoup d'encre ;-) L'iconographie montre des sièges d'accouchements, mais déjà à l'époque où les barbiers, devenus plus tard chirurgiens, commençaient à se mêler des accouchements. Plus tôt je n'ai personnellement jamais vu d'images ou de tableau représentant une femme en train d'accoucher. Accoucher avec un siège n'est pas plus spontané que d'accoucher sur le dos les jambes en l'air. C'est aussi une position imposée. Ce que j'essaye de faire passer ici c'est la spontanéité, la ou les positions que les femmes prennent spontanément si personne ne vient les perturber. Cela a-t-il existé en Europe même il y a longtemps ? Je n'ai pas trouvé de réponse satisfaisante dans le livre Histoire de la maternité en occident. Par contre je me pose une question, comment peut-on accoucher de façon spontanée quand on a en tête que les femmes accoucheront dans la douleur pour payer la dette du péché originel ? Vous interprétez ce passage autrement ? Car cela est aussi est un message issu de la religion qui fait encore beaucoup de tort aux femmes. Je pense même que sur le fond c'est ce message qui a fait que les femmes se sont entièrement remises entre les mains des médecins pour les sauver d'elles-mêmes. Et c'est bien ainsi que certains médecins le perçoivent d'ailleurs (voir l'article Le retour du chevalier).

Betty BooB 18/01/2009 22:17

Bonjour Julia,Il me semble qu'en Occident c'est pourtant bien la religion catholique qui a introduit un rapport au corps très particulier. La dichotomie corps-cerveau qui sévit encore en médecine en est directement issue. Seul l'esprit valait d'être sauvé, le corps n'étant qu'une nécessité temporaire pour le passage sur Terre dont il fallait se méfier des instints et des pulsions. La sexualité n'est admise dans l'Eglise catholique que pour la reproduction. La fornication, la sexualité pour le plaisir sans la reproduction n'est pas autorisée par l'Eglise. Cacher le corps, à certaines époques ne même pas s'en occuper au point de ne pas se laver, c'est une vision issue de l'Eglise. Jusque très recemment les corps étaient cachés, dressés, maintenus dans certaines postures par les costumes et les conventions. La libération du corps, qui a passé par la libération sexuelle, est très récente en occident. C'est amusant de voir comme la médecine suit la religion d'ailleurs, car il fut une époque où les médecins recommandaient de ne se laver que très rarement, pour telle ou telle raison. A l'heure actuelle ils en sont encore à séparer la machine biologique (corps) de l'esprit (religieux ou pas), et à croire qu'une femme ne peut pas accoucher sans leur intervention, ce qui est en partie vrai tant les femmes aussi ont intégré ces croyances.Si les femmes africaines accouchent accroupies, ce n'est pas pour cacher leur sexe, c'est parce que c'est la position spontannée qui leur convient. Il est probablement spontané dans une certaine mesure de ne pas montrer son sexe à des inconnus, mais les couches culturelles sur ce sujet sont si anciennes et immenses que je ne suis pas sure que l'on en sache rien dans le fond. Accoucher dans une position spontanée, c'est animal au sens où la réflexion, et donc l'esprit,  est exclue de la spontanéïté. Le comportement "animal" (spontané) dans l'eglise catholique n'est guère admis, il est même au moins historiquement réprimé.Dans l'article il est écrit : oubliez tout l'espace d'un instant .... Vous n'avez pas joué le jeu, vous n'avez pas pu oublier que vous êtes catholique, et vous apportez une réponse catholique. Ce n'était pas le but de l'exercice. Pourriez-vous le refaire en oubliant, l'espace d'un instant, que vous êtes catholique ?... Je sais, quelles que soient les croyances, oublier tout, tout ce qu'on est, même l'espace d'un instant, c'est extrèmement difficile....