Quand la pudeur ou la crainte crée la rumeur

Publié le par Sophie & Betty B.


Pêché sur le site de la sage-femme Annalilita, un coup de colère du 17/12/08 :

" Et oui, cette nuit, tandis que je tente de m'occuper car mon fils ne fait toujours pas la différence entre le jour et la nuit et qu'il hurle dès que j'ose le poser dans son lit, préférant mes bras ... je reçois le mail d'une copine sage enceinte me demandant d'aller voir un site dont je ne donnerais pas le lien ici ... le genre de site ou de blog où l'on raconte, une fois de plus, à quel point il faut se méfier des hôpitaux et tant il devient dangereux d'aller y accoucher ... Bon sang, mais ça rime à quoi ? "

Et déblatérer sur un site dont on ne donne pas le lien, ça rime à quoi ? Car, chère Annalilita, vous pouvez bien ensuite raconter que le site en question dit ceci ou celà, personne ne peut aller vérifier, ni se faire sa propre opinion, puisque vous ne donnez pas le lien. Ca n'a pas empêché plein de personnes de faire des commentaires, sur du vent, qui deviendront des rumeurs, puisqu'on ne peut pas lire l'original. Le BooB se passera donc de commentaires, en attendant que vous nous donniez l'adresse de ce site qui vous a tant énervée.

" Bien beau de raconter que l'OMS ne préconise pas l'utilisation d'ocytocine pendant le travail ... Mais l'OMS est l'Organisation Mondiale de la Santé. Mondiale hein ? Pas française ? [...] Patiente qui n'aura pas de péridurale puisqu'à Dakar on accouche dans la douleur. [...] Car au Congo, si on a pas d'argent, on n'a pas toujours sa césarienne. ... "

Et revoilà l'atavisme colonialiste : z'êtes pas contente, mais regardez donc comment ça se passe au Congo ... Mais ici nous ne sommes pas au Congo !  Il n'y a pas de viols massifs des femmes.  Il n'y a pas ou presque pas de malnutrition, et le médecin chef n'ordonne pas de faire des révisions utérines à toutes les femmes sans anesthésie. De quoi accoucher dans la douleur en effet ...

Commenter cet article

Betty BooB 01/02/2009 18:43

Bonjour Mathilde,Oui, ça arrive aussi en France des révisions utérines sans anesthésie, d'autres cas ont été rapportés dans le BooB, qui s'en serait bien passé. Merci pour ce témoignage douloureux . Ce que l'on voulait dire c'est que ce n'est pas TOUTES les femmes sans exception. Là-bas c'est systématique, sous pretexte de manque de personnes pour surveiller .... A la guerre comme à la guerre, si on manque de sages-femmes alors tant pis, on fait salle commune pour pouvoir veiller sur tout le monde, mais on ne systématise pas un acte aussi invasif et douloureux. Il faut vraiment avoir l'esprit tordu pour ne pas trouver une autre solution.

Mathilde Pommier 31/01/2009 19:15

Mais si, mais si, on fait aussi des révisions utérines sans anesthésie dans notre beau pays de France. Pas systématiquement à toutes les femmes, certes. Mais on en fait.   Quand ma fille a accouché de son deuxième enfant, la péri-durale avait été posée très tôt. Il a donc fallu remettre une dose. Seulement cela a été mal fait et le liquide n'est pas passé. La gynobs, la sage-femme le savaient. L'anesthésiste "n'avait pas le temps". Accouchement sans anesthésie donc. A l'honneur de l'accouchée, une fois compris comment on pousse. Puis on a expédié la vieille maman encombrante voir pratiquer les soins à son petit-fils nouveau-né (envahissants, violents et susceptibles d'entraîner des infections, comme il y en a trop souvent dans cette clinique) et c'est après que j'ai trouvé ma fille encore secouée par la douleur, bien pire, disait-elle, que la naissance. On ne lui avait évidemment rien dit, rien demandé, rien expliqué. Et moi, je n'ai pas compris tout de suite tant cela me paraissait fou. "La torture légale est interdite en France", disait un médecin de soins palliatifs il y a quelques années aux médias, "sauf dans les services hospitaliers."