On écrit au BooB : histoires de siège

Publié le par Anne & Betty B.


Récits d'une femme qui a eu quatre enfants, les deux premiers se présentant en siège :




Premier bébé : qui se présente en siège semi-décomplété. Mais ça, je le saurais 8 ans après en demandant mon dossier... En siège, à cette époque et dans cet hôpital (1996) on me laisse tenter l'épreuve du travail. Toutes les heures, la sage-femme vient m'examiner, dilatation lente, qui reste bloquée à 3... Je suis sous péri bien sûr.... Je voulais essayer de faire sans, mais voilà, mal préparée que j'étais à cette époque - Ah si, j'ai suivi consciencieusement les cours d'accouchement !! -  j'ai eu (même pas demandé!) la péri à à peine 3 cm de dilatation.... Je vois à sa tête qu'il y a un souci. Elle me dit du bout des lèvres qu'elle sent un seul pied, que c'est pas bien... Je reste positive, la césa c'est pas pour moi... On reste toute la nuit, sous péri, je n'ai pas mal donc c'est bien..... A 7h, quelqu'un que j'identifie - parce qu'il ne s'est pas présenté ! - comme le gynéco de garde, passe sa tête par la porte de la salle et lance un :  "Allez hop au bloc",  à la cantonade... Je pleure, et ça va durer 6 mois.... Césarienne, extraction de mon bébé, bébé en couveuse seul dans la salle de travail, papa seul en salle d'attente, moi seule en salle de réveil ... (Ah non, une personne femme rangeait ses seringues et ses petits outils). Je pleure, je ne peux plus m'arrêter de pleurer, pas un regard ni un mot de sa part...Un homme (l'infirmier anesthésiste qui me parlait durant la césa, oui oui, il me parlait à moi! alors que le gynéco et son interne parlait de leur réveillon entre 2 coups de bistouri et d'explications du médecin à son interne...on était le 31 décembre...) est venu me voir, essaie de me consoler. Ce sera le seul, et en plus, il m'amène mon bébé tout près de moi ! Quelle chance j'ai quand même !  Pas le droit de le prendre sur moi par contre, pas sécuritaire ça !!!
 
Deuxième bébé : en siège,  née par césarienne programmée très bien vécue dans un autre hôpital.

Troisième et quatrième bébés :  nés par voie basse encore ailleurs... [après 2 césariennes donc]

Je m'en veux tellement de ma naïveté de l'époque... J'espère que le ton ironique passe bien dans le message; merci; A.




C'est ça le piège diabolique : c'est contre soi qu'on est le plus en colère ! Chère A., ne vous en voulez plus, vous avez pu ensuite accoucher par voie basse après deux césariennes. C'est rare, chapeau ! Je suis incapable de dire si la première césarienne était justifiée ou non. Elle l'était bien peut-être, car toute une nuit de travail avec un bébé en siège semi-décomplété ce n'est pas évident. Mais ce qui est certain c'est que l'on vous a traité comme un légume, comme si vous n'étiez pas là en somme. Il a manqué toutes les explications nécessaires au pourquoi du comment de cette césarienne, il a manqué que l'on vous demande votre avis aussi .... Depuis 2002 on pourrait dire que c'est une violation de la loi Kouchner, mais de toute façon c'est une atteinte à la dignité humaine, avec ou sans loi. Qu'on ne dise pas qu'il y avait urgence; après toute une nuit de travail le médecin de garde pouvait bien prendre 5-10 minutes pour expliquer ! Il pouvait aussi se dispenser de parler de fadaises pendant l'opération ... Comme souvent c'est l'anesthésiste qui a eu de l'humanité; leur travail consiste à supprimer la douleur à des personnes. Les légumes ne souffrent pas ... Légumes, ne vous laissez plus jeter dans l'eau bouillante du pot-au-feu ! Après la révolution d'octobre, bientôt la révolution des carottes ;-)

Publié dans On écrit au BooB

Commenter cet article