Le cauchemar de Mme Badinter

Publié le par Betty Boob


Pêché dans le numéro 605 de Marianne, "Quand l'écologie renvoie les femmes à la maison", par Isabelle Saporta : 


Mme Badinter : "L'allaitement, c'est l'assignation à résidence des femmes."


Coucou Mme Badinter, réveillez-vous ! Le cauchemar pétainiste est fini !


Une bonne petite séance d'EMDR (*) pour remiser le vieux traumatisme au grenier lui serait-elle utile ? C'est quand même marrant, les Suédoises ont à la fois un taux d'allaitement record et une présence à quasi parité au Parlement. En matière d'égalité hommes-femmes, les Français font partie des mauvais élèves de l'Europe, alors que les Suédois sont au 3e rang ! Nos féministes auraient-elles râté quelque chose ?


(*) EMDR : Eye Movement Desensitization and Reprocessing. En français abscons : intégration neuro-émotionnelle par le traitement adaptif de l'information. Moins incompréhensible : méthode par mouvements oculaires rapides qui permet d'aider à transférer le traumatisme coincé dans la mémoire à court terme vers la mémoire bibliographique. Toujours rien compris ;-?  Lisez.


Commenter cet article

Aurélie 08/11/2012 22:00


Allaiter et travailler ne sont pas deux choses incompatibles et le seraient encore moins si la société n'avait pas des idées préconcues et une vision étriquée de l'allaitement.

Adka 07/09/2010 20:54



Je crois que c'est plutôt le manque de tolérance, de structure, d'aide  et d'organisation au sein de l'entreprise qui empêche les femmes qui veulent allaiter de retourner au travail... ou
qui empêche les femmes d'allaiter lorsqu'elle retournent au travail c'est selon!


 


Pour ma part, il était mal vu de tirer mon lait ou de prendre un moment dans ma garde pour allaiter ma fille (en fait, c'était mal vu et les conditions ne m'en laissaient pas le temps!). J'ai
donc arrêter de travailler au bout de 2 mois de reprise, car financièrement nous avions la chance de pouvoir nous en sortir avec qq re-aménagements de buget. A 13 mois, ma fille est toujours
allaitée et je regrette simplement que la conciliation entre conditions de travail et allaitement n'ait pas pu se réaliser.


Mais je ne regrette en aucun cas d'avoir choisi d'arrêter de travailler, malgré que j'aime énormément mon métier.



Betty Boob 08/12/2008 14:33

Bonjour Lullaby,Moi aussi je suis féministe, et pas d'accord avec les propos de Mme Badinter. Malheureusement, les féministes comme vous (et moi) qui réconcilient  féminisme et maternage,  on ne les entend pas beaucoup dans les medias. Ce n'est pas à nous que l'on donne la parole. Il reste néanmoins vrai que la majorité du courant féministe français a "jeté le bébé avec l'eau du bain", c'est à dire rejeté en bloc la maternité. Ce qui se comprend dans l'époque. Personnellement je pense qu'il y a eu en partie erreur de cible. C'est le patriarcat qui a réduit les femmes en esclavage, plus que la procréation en elle-même. L'enfant de sexe féminin passait de fille de son père à femme de son mari. Que les couples aient des enfants ou non, c'était pareil. Il n'y a qu'à relire les Maigrets ... En tout cas bienvenue chez les neo-féministes ;-) Si vous n'y êtes pas déjà je vous suggère de rejoindre la liste de disucssion femma sur yahoogroupes.fr.

Lullaby 08/12/2008 14:00

Bonjour, Je suis féministe et absolument pas d'accord avec les propos sur le féminisme tenus ici.Il y a autant de féminisme et que féministe et j'en connais beaucoup qui respecte ces choix là à partir du moment ou ce sont de vrais choix. Être mère proximal peut être un acte politique féministe, l'AAD aussi. Ne généralisons pas, il y a des con(nes) partout.merci !

Karen 02/12/2008 10:10

Ce qui est très dommage , c'est que ces femmes qui ont milité pour notre liberté se retrouve à vouloir nous interdire de materner et de rester à la maison par leur discours dévalorisants des mères au foyer. Pour moi, aujourd'hui, être mère au foyer peut aussi vouloir dire: profond et véritable partage des tâches.