Au grand effarement de nos cousines

Publié le par Sélina & Delphine & Betty B.


Qu'est-ce qui a décidé la sociologue M. Akrich à faire une étude comparative des pratiques obstétricales françaises et hollandaises (dans "Comment la naissance vient aux femmes", M. Akrich & B. Pasveer, 1996) ? Sa rencontre avec une collègue hollandaise, qui a eu le mauvais goût d'être enceinte lors de son séjour en France, et a fini complètement atterrée par l'accouchement ultramédicalisé et impersonnel gracieusement offert par notre système exceptionnel. Elle n'est pas la seule, nos voisines nous envoient des commentaires du même tonneau.

Une franco-belge qui habite un village frontalier :
"Il y a des droits qu'on n'aimerait pas perdre en allant habiter 500 m plus loin! "

Une anglaise en France depuis 4 ans, et qui a accouché de son second enfant chez nous :
"Ce qui m'a choqué le plus en France, c'était d'apprendre que je n'avais pas le droit d'accoucher dans la position que je voulais à l'hôpital, que la position gynécologique m'était imposée, malgré le fait que c'est la position la plus douloureuse et moins naturelle pour un accouchement. J'ai également vécu un mauvais accouchement à l'hôpital sans aucun soutien médical jusqu'à 10cm dilaté, et puis une épisiotomie très douloureuse (2 incisions) à laquelle je souffre physiquement et psychologiquement encore aujourd'hui (ma fille a 8 mois). Il est temps que les choses changent, et les accouchements devraient se dérouler de façon humaine en respectant les souhaits, désirs et intérêts des femmes, pas l'équipe médicale."

Plein d'autres exemples sur le site http://changer-la-naissance.over-blog.com/. Une anglaise encore :
"Je me trouve dans un système très médicalisé et impersonnel où on ne me pose pas de questions et ne me demande jamais de m'exprimer. Il faut bien lutter pour s'informer de la vérité, trouver des solutions qui conviennent, et des personnes dans le système qui t'encouragent à se défendre."

Et le point de vue d'une québecoise :
"Au Québec, j'ai pu accoucher de mes deux premiers enfants à la maison. J'appréhende beaucoup mon troisième accouchement en France... "

La honte :-{{{ C'est notre traditionnelle exception française. On la retrouve jusqu'en obstétrique. Et si les Français se décidaient à ne plus être exceptionnels ?

Commenter cet article