"C'est horrible", dit la sage-femme

Publié le par Chantal & Betty B.


Pêché dans "Sociologie de l'accouchement", de Béatrice Jacques (sociologue), ed. Puf. Extrait d'un entretien avec une sage-femme :

C'est totalement invasif, le monitoring, la perfusion, le truc pour prendre la tension, il y en a de partout... Moi, ce qui m'affole, c'est les ordinateurs partout avec les bruits qui s'enregistrent. Si bientôt on a une machine pour voir le col, on n'aura même plus besoin de les examiner, de rentrer dans les chambres. C'est horrible.

Deux solutions : 1) arrêt de travail ou année sabatique; 2) changer les pratiques. Hélas, les sages-femmes sont tellement coincées que c'est presque toujours la première solution qu'elles prennent. Troisième solution : 3) que les femmes se rebiffent,  refusent les protocoles inutiles, quoi qu'en pensent la sage-femme, le toubib, et la machine !
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Isabelle 13/11/2008 00:27

On peut aussi se rebiffer après si on a pas eu le courage avant (et même qd on l'a eu, ça n'a pas forcément maché ... vécu de mon dernier accouchement basé sur un projet quasi ment respecté sauf pour la position finale ... Allongée alors que j'avais déjà la position gynéco et que je souhaitais restée 1/2 assise, j'ai opposé un non, remettez-moi comme avant, rien n'y a fait ... pas même mon mari ... Ah tiens, oui, oui, il était là !!)Du coup, dès que j'en ai le temps et le courage, je contacte le CIANE pour connaître la marche à suivre pour avoir mes dossiers médicaux d'accouchements (gestes incompris même après multiples demandes) + envoyer une lettre de demande d'explications, d'entrevuesBizzzz

Betty Boob 09/11/2008 15:43

Oui, tu as tout à fait raison. Se rebiffer en plein accouchement, c'est très difficile. Je suis désolée de ce que tu écris, et surtout désolée que mon commentaire rapide ai pu te faire te sentir mal, vaguement coupable ou dieu sait quoi. Ne t'inquiètes pas, je n'ai pas su me "rebiffer" non plus, ou très peu. Et contre qui on est surtout fachée après ... contre soi, évidemment. Donc précisons qu'est-ce que ça veut dire se rebiffer. Se rebiffer c'est se préparer avant, et utiliser à fond la possibilité du projet de naissance, choisir sa maternité avec beaucoup de soin. Mais le choix des maternités est de plus en plus limité. Une personne seule ne peut pas grand chose contre l'inertie d'un système qui frise le gigantisme, à moins d'un coup de chance, tomber sur une chouette sage-femme par exemple. Par se rebiffer je voulais aussi dire en groupe, pas une femme, mais beaucoup. Plus les femmes préparerons un projet de naissance pour dire ce qu'elles veulent et ce qu'elles ne veulent pas, plus elles seront nombreuses à montrer qu'elles sont informées, à remettre en cause des protocoles qui servent le système et non plus les humains, plus on progressera car plus les soignants et les pouvoirs publics seront obligés de repenser le système.

bousquet 07/11/2008 09:34

oui mais en même temps, se rebiffer quand on a mal, qu'on est dans une position de faiblesse physique (et psychologique), qu'on ne veut pas se mettre la SF à dos parce qu'il faudra quand même qu'on coopère pendant un paquet d'heures, et que mine de rien on est "à sa merci", parce qu'on a besoin d'elle, eh bien c'est pas facile. moi j'ai pas réussi, ni la première fois, ni la deuxième fois...

Flo 29/10/2008 13:06

en tout cas, la 3e option est primordialle. Si les femmes ne bougent pas et ne demandent pas, il n'y aura pas d'évolution dans les services.

dd45 26/10/2008 09:33

En même temps, elle a raison!!!C'est vrai que c'est horrible!