Le Goujat passe à l'acte

Publié le par Alex & Betty B.


Secret de 2008

Un jeune couple. Ils ont choisit cette clinique car son site internet vante les mérites de l'accouchement "naturel". A tout hasard ils l'ont bien répété qu'ils veulent un accouchement sans interventions, du moment que tout va bien. Ils l'ont dit et redit qu'ils ne veulent pas de cette épisiotomie-préventive-qui-ne sert-à-rien, et même pendant le travail ils ont encore pris la peine de le rabâcher. On ne sait jamais.

Le travail se déroule vite. Le bébé va très bien. C'est le Goujat de la perle précédente qui rentre dans la salle de travail pour la fin de l'accouchement. Pas patient le Goujat. Au bout de 5 à 10 minutes de poussées il commence : "Si j'avais coupé il serait déjà là ".  Ben tiens. Le compagnon insiste, pas d'épisiotomie pour des prunes. Quelques minutes plus tard il voit le Goujat se saisir de la paire de ciseaux. Il se dirige vers le Goujat pour l'arrêter tout en disant "Non, ne coupez pas !". Trop tard ! Le Goujat a tranché. Il ne s'est écoulé que quinze mniutes. Le bébé ne pèse que 2.8 kg.

Depuis le compagnon cauchemarde. Il revoit la scène. Il se voit même lui en train de couper sa compagne. Peut-être aussi qu'il rêve qu'il lui a mis son poing dans la figure au Goujat, ou qu'il l'a projeté à l'autre bout la salle ... C'était probablement la seule façon de stopper le Goujat, la force physique. Mais pour le coup c'est le compagnon qui serait trainé devant les tribunaux. Cool, la loi Kouchner n'a pas prévu de sanctions pénales. Mais ceci relève-t-il encore le la loi Kouchner, ou du simple droit commun ?
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

aurore 11/02/2010 01:50


Il y a des clniques où l'accouchement est super, pas autant qu'à la maison, mais vraiment pas mal: pas de perf, mobilité, choix de la position lors de l'expulsion. Le hic c'est qu'on ne sait pas
avec qui on va accoucher, et selon l'équipe médicale ça peut être bof bof....
du reste, le pauvre homme a du être très choqué, le sentiment d'impuissance dans cette situation doit être atroce. Pour lui, il n'a pas pu protéger sa compagne, en train de mettre leur enfant au
monde. Il ne devait pas être suffisament effrayant pour que le gynéco soit suffisament raisonnable et active intelligemment ses neurones.... alors encore une fois, c'est la loi du plus fort? Soit
on est riche soit on a un mari costaud, sinon on est pas respectés dans ses choix??


Betty Boob 07/12/2008 10:27

Céline, j'ai bien lu la fin de ton message .... Pourrais-tu prendre 15 mn pour le rédiger et l'envoyer ... au BooB !

Betty Boob 07/12/2008 09:52

J'oubliais, personne ne fait d'épisiotomie pour l'argent. Cela fait partie du forfait accouchement, contrairement aux forceps qui lui est un acte tarifié.

Betty Boob 07/12/2008 09:49

Bonjour Benoist,Vous aimeriez bien que le BooB juge sans rien savoir, cela justife votre exaspération. Mais voilà, le BooB connait le dossier, et même les monitos, car les parents ont transmis l'intégralité du dossier à beaucoup de personnes.  Ce bébé était à terme, il est né en très bonne santé. Il avait une circulaire à la naissance, ce qui n'est pas une pathologie en soi tant que le cordon reste assez long pour permettre la descente. Le monito au moment de la naissance semble montrer un léger ralentissement vers 100, mais avec de bonnes récupérations. Ce n'est pas un RCF pathologique. Surtout, on voit entre 30 à 50% de pertes de signal, donc un RCF de très mauvaise qualité qui en principe n'est pas interprétable.  Le médecin se défend avec ce bout de RCF, disant que l'enfant serait mort si il n'avait pas coupé (ce qui est absurde dans cette situation), en contradiction avec l'état du bébé à la naissance et le dossier. Dans le dossier il est marqué "épisiotomie préventive", donc préventive d'une déchirure. A aucun moment il n'est fait nulle part d'une mention de souffrance foetale ni même d'un éventule ralentissement du RCF. Ajoutons aussi que les parents ont découvert dans le dossier qu'il y avait du synto dans la perfusion, alors qu'ils avaient dit ne pas en vouloir hors signe clinique, et que bien entendu on ne leur a rien dit.Quant au choix de la clinique privée .... celle-ci vante l'accouchement naturel .... ils se sont fait avoir .... Mais au CHU on risque fort de se faire avoir aussi et on est à peu près certains d'accoucher avec des gens qu'on n'a jamais vu. Quant à se faire accompagner par une sage-femme comme le suggère Céline, si c'était si facile le manifeste des Déchainées n'aurait pas lieu d'être.

Céline 04/12/2008 23:36

Je trouve que Benoist n'a pas tort, quand on veut un accouchement "naturel", on fait suivre sa grossesse par une sage femme, et on accouche avec une sage femme, pas avec un médecin.Ca me semble d'une logique absolue.Ca m'exaspère aussi, dans la mesure où comment voulez vous qu'on respecte les temps de l'accouchement quand on accouche dans un lieu où "l'artiste" passe en coup de vent entre 2 consultations et sait d'emblée qu'il a X minutes pour en finir?Vous avez beaucoup entendu parler, vous d'osbté en clinique qui passent des heures à accompagner leurs patientes? Non, ils vivent leur vie et attendent que la SF les appellent pour "oeuvrer", empocher un chèque (et si on peut le faire gonfler en faisant des forceps et une épisio, on va pas s'en priver hein, merci docteur)J'en ai vu recoudre avant que la délivrance ne soit faite, pour gagner du temps... (mais ça on ne le dit pas)