L'ampleur du désastre

Publié le par Betty Boob


Attrapé en 2008.

Lors d'une conférence grand-public, un médecin fort connu, plutôt en marge de ses confrères, a fait un exposé remarquable sur la physiologie de l'accouchement, dénonçant parfois avec un humour caustique un certain nombre de pratiques tout à fait douteuses. La maternité qu'il dirige pratique des positions autres que la traditionnelle "poulet de Bresse", et a obtenu le label IHAB. C'est lorsqu'il a abordé, rapidement, le sujet des épisiotomies, que je suis tombée des nues :

"L'épisiotomie n'était pas une priorité dans le service."

Puis de nous expliquer que, grâce à leur dynamique sur la mobilité et le respect des liens mère-enfant, même non prioritaire le taux d'épisiotomie est passé de 50% (taux moyen en France vers l'an 2000) à 22%. Super, encore une diminution de moitié et ils se rapprocheront de la Suède.

Mais, mais, si même ce médecin-là ose dire sans rougir devant un parterre de parents surtout branchés sur la naissance "naturelle" que diminuer les épisiotomies (inutiles) n'était pas sa priorité, on mesure l'ampleur du désastre et l'étendue du chemin qui reste à parcourir.

Commenter cet article

tiao 29/01/2010 16:03


C'est même énorme, 22% d'épisiotomie... j'en suis à 4/60 accouchements... En Alsace on en pratique peu c'est vrai (sauf certaines sf et une certaine maternité (où j'en ai fait 2/10
accouchements...)


Isabelle 03/11/2008 23:20

Tiens, on se demande donc qui ça peut bien être !!!! ;oD