En avance sur son temps, il programmait déjà les accouchements

Publié le par Betty Boob


Pêché dans "La Maternité. Progrès et promesses", du Pr. E. Papiernik, eds Odile Jacob 2008. L'histoire se situe dans les années soixante :

" Pendant mes vacances quand j'étais chef de clinique à Port-Royal, je remplaçais des accoucheurs. Au cours d'un remplacement dans une clinique privée en banlieue parisienne, l'accoucheur que je remplace pour un mois d'été m'explique qu'il prend en charge à lui tout seul plus de mille accouchements par an, soit 3 par période de 24 heures.
Effrayé par une telle charge de travail pour un seul professionnel, je lui dis que je n'arrive pas à comprendre comment il fait pour dormir. Il rit de mon ignorance et me dit que bien sûr, il lui aurait été impossible de survivre à la tâche d'être présent pour 3 accouchements distants de 8 heures [...]. Il m'explique qu'il est capable en examinant les femmes dans leur dernière semaine de grossesse de reconnaître facilement celles qui vont probablement accoucher bientôt, car, me dit-il, leur col de l'utérus est mûr et que s'il tient compte de ces signes de maturité du col, il est possible sans danger de proposer aux femmes dont le col est mûr de déclencher leur accouchement pour qu'il se produise en fin d'après-midi et non en pleine nuit. Il peut ainsi proposer deux ou trois déclenchements organisés pour une, deux ou même trois femmes, et éviter les heures naturelles de la naissance
. "

L'histoire ne dit pas comment se faisait le déclenchement, mais à l'époque c'était probablement au doigt. Le Pr. Papiernik semble être en admiration devant cet accoucheur génial. La pensée qu'il faudrait d'abord prouver que la méthode est sans danger avant de passer à l'acte ne l'atteint pas; la pensée que cela pourrait perturber le bébé - qui n'est quand même pas tout à fait prêt - ne l'effleure pas; la pensée que c'est plus douloureux pour les femmes qu'un accouchement spontané pas davantage. Il ne s'est pas dit non plus qu'il y avait une autre solution, toute bête : que cet accoucheur transfère environ les deux tiers de sa clientèle à des sages-femmes ou à d'autres praticiens !
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article