Episiotomie sous anesthésie

Publié le par Irina & Betty B.


Extrait d'un blog parmi tant d'autres qui essaye de renseigner les femmes sur l'épisiotomie. Malgré de nets progrès on sent encore un léger embrouillamini  :

"Est-ce que ça fait mal ?

Elle se fait discrètement, sans anesthésie locale si vous êtes sous péridurale (normal ! vous êtes déjà anesthésiées).
Si vous n'avez pas de péridurale, elle se fait après une anesthésie locale (souvent par une petite injection, parfois simplement grâce à un spray).
"

Si une personne se manifeste pour me dire qu'elle a eu une anesthésie locale lorsqu'on lui a fait une épisiotomie, je lui offre une bouteille de Château Petrus millésime 1976 !!!

Jamais, au grand jamais, les épisiotomies n'ont été faites sous anesthésie locale. Elles se font (en principe ... mais il y a des exceptions) lors d'une poussée, lorsque le périnée est très tendu. Généralement, dans ces conditions, la coupure est indolore. Par contre, la suture devrait se faire sous anesthésie locale ! Certains le font, d'autres pas ....
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Hélène Loup 23/09/2008 14:10

  Une petite anecdote pour conforter Valérie et MC. Il ne s'agit pas d'accouchement, les souvenirs que j'en ai ne sont pas les meilleurs. Mais d'une fin d'éradication au laser d'un polype placé dans l'ampoule rectale. Comme il ne restait plus que quelques tirs de laser à faire, on me proposa de le pratiquer, cette fois, sans anesthésie, ce que j'acceptai.   Chaque fois, le médecin prévenait, et une assistante, une infirmière, je crois, se tenait près de moi, me caressant la main ou le front, me serrant l'épaule doucemant, me demandant si tout allait bien. Elle avait le visage fatigué de celle qui a fait deux jours sans interruption, et quelques soucis personnels, d'après sa conversation avec une collègue. Pourtant, grâce à elle, ce souvenir reste lumineux. La douleur, quand il y en eut, était moyenne et surtout très courte. Mais je l'ai quasiment oubliée. Oui, il y a des hospitaliers humains. Et qui font d'une souffrance un moment supportable. Pas assez, hélas, et il faut bien dire que les soucis de rentabiliés leur rend la tâche difficile, très difficile. Alors continuez, je vous en prie. Et bon courage à toutes deux. 

MC 13/09/2008 17:18

Bonjour,Je suis une jeune sage-femme, formée dans la maternité et la région où exerce Valérie d'ailleurs (j'ai cru la reconnaître).Je m'apprêtais à écrire presque mot pour mot ce qu'elle a dit avant moi, je partage un peu sa pensée. Lectrice de votre blog parce que moi aussi j'ai vu des abus, des abberrations et j'hurle parfois (trop intérieurement, c'est vrai) devant certaines conduites, je me suis sentie pour autant parfois malmenée en tant que sage-femme par vos propos. Mais vous dites vous même que vous accentuez le trait volontairement, alors...Je ne suis pas contre l'AAD, même si je ne le souhaiterais pas pour moi en tant que patiente ni en tant que sage-femme, j'aime laisser aux femmes le plus de latitudes possibles dans leur choix et m'énerve souvent de leur passivité (hé oui !) et pour autant, je trouve les protocoles parfois bien pratiques selon leur "thème" (pour que les gens ne fassent pas n'importe quoi dans tous les sens, qu'il y ait une continuité, une logique dans les soins quand les équipes se passent le relais, pour que ça soit un "pense-bête" pour les prises en charge particulières, parce qu'on ne retient pas toujours tout (VIH, par exemple), parce qu'ils sont souvent le fruit d'une réflexion pluridisciplinaire pour des soins de bonne qualité (et quand je dis qualité, je parle technique, mais aussi confort des patientes, etc...)...Et moi aussi je pratique les épisio sous anesthésie locale, si nécessaire (et Dieu sait que je déteste les pratiquer (les épisio, pas les locales !!!)...)Bref, j'aime la modération et j'ai pu rencontrer beaucoup de collègue ouvertes et respectueuses des couples et de leur enfant. Mais j'avoue qu'en changeant de région, j'ai eu du mal à trouver des établissements ayant la même philosophie.Continuez à faire bouger les choses, mais je pense que de temps à autre un peu de modération vous permettrait plus de soutien...J'ai failli "claquer la porte" de Boob plus d'une fois tant je me suis sentie blessée, moi qui, comme bien d'autres professionnels, tente de jongler au mieux entre respect des patientes, de leur choix, médico-légal, organisation de service, manque de personnel et...un peu de considération pour ma santé physique quand même !

rhubarbe 10/09/2008 08:29

Merci pour cette précision Valérie. Peu de praticiens manient les forceps sans pratiquer l'épisiotomie, du moins pour le moment car cela n'est plus á l'heure actuelle une indication. Je me réjouis donc des changements que vous décrivez.
Lorsque l'accouchement ne présente pas de complications particuliéres il me parait inapproprié de dire qu'un soigant "pratique un accouchement". C'est bien la femme qui enfante, le bébé qui se met au monde. Ces deux là sont acteurs. Le corps médical est alors présent en filet de secours pour exercer une mission de surveillance plus ou moins discrète ou empathique en fonction des besoins exprimés par cette femme lá.
cordialement,
Rhubarbe

Betty Boob 09/09/2008 13:42

Ciel, c'est vraiment la rentrée. Quelle avalanche de commentaires !Valérie La Natole, vous êtes la première à poster un commentaire furibond ou scandalisé sur ce blog. C'est une réaction attendue de la part de soignants qui pensent bien faire leur travail et ne se reconnaissent pas ici.Le BooB est un bêtisier. Comme tout bêtisier il est partial et injuste par construction. Il ne recense que les "bêtises". Néanmoins vous remarquerez que dans certains articles les progrès sont mis en lumière. Le BooB est alimenté par tout ce qui se publie, ce qui se dit en réunion, et les témoignages des lectrices ou lecteurs. Bien évidemment les personnes qui viennent témoigner ici sont celles qui ont eu un problème ou ont entendu une absurdité. Les personnes pour qui tout s'est bien passé n'ont en général pas besoin de témoigner.Je salue votre travail et les progrès qui ont été accomplis dans votre maternité. Néanmoins, comme vous le savez, ce qui caractérise le plus les protocoles en périnatalité c'est leur extrème variation d'un établissement à un autre : 90% d'épisiotomie sur les primipares ici, seulement 30% là, position classique imposée ici, plus libre ou sur le côté ailleurs, peau à peau ou pas, etc... La grande variation inter-établissement est d'ailleurs le signe le plus clair d'un protocole qui n'est pas fondé sur les preuves scientifiques. C'est peut-être très bien chez vous, et croyez-moi j'en suis vraiment ravie pour les parents. Mais ce n'est pas comme chez vous partout.Concernant les AAD, vous avez cette réaction si commune d'opposition absolue entre le choix de la maternité ou le choix de l'AAD. Les deux choix ne s'opposent pas. Les études montrent que, pour des grossesses à bas risque, il n'y a pas plus de risque à accoucher chez soi avec une sage-femme ayant la formation requise. Inversement il y a moins d'interventions, entre autres moins de césariennes et d'extractions instrumentales. Je ne défend pas particulièrement l'AAD. Par contre je défend le libre choix. Si une femme en bonne santé et dont la grossesse se passe bien veut accoucher chez elle avec un sage-femme libérale, il n'y a aucune raison basée sur des preuves scientifiques pour lui dire que c'est plus risqué qu'à la maternité. Par conséquent le BooB fustige ces personnes qui s'imaginent que c'est incroyablement dangereux, totalement inconscient, etc... C'est une croyance, basée sur des faits anciens, totalement obsolètes à l'heure actuelle (par exemple, aucune femme ne meure plus de fièvre puerpérale lors d'un AAD dans les pays occidentaux, pas plus qu'à l'hôpital en tout cas; c'est devenu rarissime). Mais il peut parfois y avoir des couac lors d'un AAD, rien n'est ni blanc ni noir. Cela dépend beaucoup des personnes. Et si on envoie au BooB un témoigne d'AAD où il y eu un couac, il sera publié aussi. Ceci dit, pour revenir à l'épisiotomie, vraiment, parmi les montagnes de témoignages que j'ai entendu ou lu, pas seulement sur le net mais aussi dans mon entourage, jamais je n'ai entendu qu'une femme (pas sous péridurale) ait eu droit à une anesthésie lors de la coupure de l'épisiotomie. C'est plutôt votre pratique qui semble exceptionnelle que l'inverse.Là où je suis 100% d'accord avec vous c'est que le maitre mot est respect, dans les deux sens, autonomie aussi, dans les deux sens aussi. Et c'est à cela que sert le BooB, dénoncer là où le respect pèche.

Valérie La Natole 08/09/2008 12:09

Ooooppps en effet Rhubarbe, ça mériterait une distinction ça, épisio sans inciser !!Je voulais bien évidemment écrire: "pratiquer des accouchements voir des extractions, sans inciser le périnée !"Désolée....