La Belle et la Bête

Publié le par Catherine & Betty B.


(Secret du 20e siècle)

C'était en 1970 :

"Une toute jeune femme, 17 ans à peine, est en train d'accoucher.  Elle a fait 30 km pour aller à la maternité. Lorsque la voiture  est tombée en panne elle a fini en auto-stop. Arrivée là bas, elle s'est entendu dire : "Eh ben, une gamine qui nous fait un gamin !  Regardez comme elle fait bête. Elle faisait certainement pas aussi  bête quand elle l'a conçu, son môme." La jeune femme a perdu les eaux quelques heures plus tôt. Et voilà que sa bande hygiénique est  tombée par terre. La sage-femme lui balance : "Ramassez-moi ça.  On n'est pas dans une porcherie !" Elle s'est penchée, difficilement,  et est allée jeter la bande hygiénique à la poubelle. Puis examen du col,  et re-engueulade ... elle était déjà à dilatation complète : "Et c'est  maintenant que vous venez ?!" Toucher douloureux, coup de pied de défense réflexe  de la jeune femme, suivi de : "Ah bon, c'est comme ça ?!" Et vlan, le coup  de ciseaux hors contractions (*). 16 points de suture ! C'était son premier  enfant, d'une lignée de sept. Pour tous les autres, jamais de péridurale,  mais du syntocinon (**) oui, expression abdominale (***) aussi pour son dernier bébé (c'était ça où le gynéco coupait)... et toujours allongée."

Ce qu'on ne peut vraiment pas comprendre c'est pourquoi  une telle Bête, peau de vache authentique, n'avait pas été interdite d'exercice.


(*) L'épisiotomie peut être réalisée sans anesthésie mais au moment d'une contraction. La tension des tissus du périnée fait alors qu'on ne la sent pas. Par contre en dehors d'une contraction on la sent passer.
(**) hormone synthétique imitant l'ocytocine naturelle. Utilisée pour accélerer l'intensité et la fréquence des contractions.
(***) manoeuvre consistant à appuyer (fortement) sur le ventre de la femme en couche pour faire descendre le bébé ou le placenta. Cet acte douloureux , éventuellement dangereux, souvent traumatisant, sans efficacité prouvée, et pourtant très fréquemment utilisé, est fortement déconseillé par la Haute Autorité de Santé depuis 2007. 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Briséis 18/09/2012 13:46


Je ne suis malheureusement pas étonnée par cette anecdote. Ayant moi-même accouché de mes deux premiers enfants à respectivement 16 et 18 ans, j'en ai vu des vertes et des pas mûres, d'autant
plus que j'avais, malgré mon jeune âge, pris le soin de m'informer. Mon mari, le papa de mes enfants, était également présent et ce fut un grand réconfort pour moi dans ces maternités où, sans
lui, j'aurais accouché seule et sans aucune empathie. Et pourtant, moi, mes accouchements ne datent pas de 1970 ! Mon premier est né en 2004 et mon second en 2006 ! Etonnant que j'ai choisit
d'accoucher à la maison de ma fille en 2010 ? Pas tant que ça... 

dd45 07/09/2008 10:39

Malheureusement le Conseil de l'Ordre "colle" souvent dehors les meilleurs et garde les "pires" !!!!...;-)

Gayanée 11/06/2008 23:21

Ma mère n'en a eu que 2, j'étais la première... et on croirait lire la description de "l'accueil" que lui a fait la sage-femme la nuit de ma naissance... :-(Espérons qu'il n'y en ait plus dans l'avenir, des affreuses comme ça!

Betty Boob 21/05/2008 14:11

C'est comme partout, il y a des bons et même des très bons,  et aussi quelques mauvais voire très mauvais ... Tout ce qu'on leur demande c'est de balayer devant leur porte. Ce devrait être le travail du Conseil de l'Ordre ... 

juliette 19/05/2008 00:26

Peu importe quand c'est survenu... C'est à vomir.A l'échelle du monde, aujourd'hui, il y a 50 ans ou il y a cent ans, ça ne change pas grand-chose!Si on lit Sinoué l'Egyptien, on se rend compte que la Médecine n'a pas progressé de façon si spectaculaire, hein... Ils avaient déjà des tests de grossesse efficace à 15j, les Egyptiens, non?Et pour ce qui est de la considération de l'Autre et de la prise en compte de sa douleur, on n'a pas avancé. Le médecin exerce et le patient subit.(Pardon aux quelques médecins qui essaient de considérer leurs malades dans leur globalité.)