L'Apprenti sorcier : et un p'tit coup de Dolosal

Publié le par Betty Boob


(Attrapé en 2006)

Discussion de couloir dans l'un des haut lieux de la santé parisien entre un gynobs et une représentante des usagers. Cette dernière fait remarquer que les protocoles d'essai de nouveaux médicaments sur les femmes en couche sont parfois "olé olé". Et de citer l'exemple du Dolosal, alias Péthidine. Très utilisé dans les années 50-70 comme anti-douleur (*), ou pour ralentir le travail en attendant le gynobs (authentique !),  il a du être stoppé car il provoquait de nombreux accidents respiratoires chez les nouveau-nés. Réponse du gynobs : "Oh vous savez, à l'époque on ne se posait pas de question, on donnait du Dolosal, c'était la routine."

C'est comme mon voisin. Il en avait marre des pissenlits dans sa pelouse. Du coup il a tout arrosé avec le chlore de sa piscine, pour voir. Il n'a pas été déçu du résultat.

(*) morphinique peu efficace pour les femmes en travail avec beaucoup d'effets indésirables tels que nausées, vomissements, sédation, troubles de l'état de conscience. A été administré aux femmes en couches sans aucune étude préliminaire sérieuse de son efficacité ni des effets secondaires.


Commenter cet article

Betty Boob 27/04/2008 15:42

Vous avez eu bien de la chance dans votre pratique alors, ou bien vous n'avez pas suivi tous ces nouveaux-nés dans les 60 heures après l'administration. Lire par exemple : "Alternatives à l'analgésie péridurale au cours du travail", Bruyère & Mercier, 2005, Annales Françaises d’Anesthésie et de Réanimation, Vol. 24 p.1375 :"La péthidine (Dolosal), responsable d'une dépression respiratoire néonatale prolongée, doit être abandonnée. La nalbuphine (Nubain) entraîne moins de nausées–vomissements maternels et moins de dépression respiratoire néonatale retardée."Le coeur de la question posée par cette perle est l'expérimentation en médecine. Comment est-il possible que de nouveaux médicaments soient ainsi utilisés en routine sans être passé AVANT par le filtre d'une étude expérimentale permettant de déterminer la balance risque-bénéfice et les dosages ? Des êtres humains servent de cobayes, non seulement non consentants, mais aussi inutiles puisque hors cadre d'une étude bien ficelée. Que ce soit pareil avec le Nubain ou le syntocinon, c'est fort probable, hélas.

Anne-Marie NAUDIN 27/04/2008 11:35

ET, les nausées, vomissements, vertiges du Nubain qui est tout à fait autorisé , on n'en parle pas ? Et qui ne fait aucun effet sur le col. Sage-femme à la veille de la retraite, je me suis servie toute ma carrière de Dolosal (pas en routine, bien sûr,) j'en ai eu moi-même, et je n'ai jamais eu d"accidents respiratoires ou autre complications...Il suffisait peut-être de le faire au bon moment...et pas trop tard...